EconomieTech

Zuckerberg a une nouvelle vision pour Facebook, mais qui croit encore cet homme ?

Dans une « nouvelle vision » pour Facebook, le CEO Mark Zuckerberg promet que son entreprise se concentrera beaucoup plus sur la vie privée de ses utilisateurs dans les années à venir. Et que Facebook ne se concentrera plus sur les messages publics sur les médias sociaux, mais sur les services, mais sur les services de chat. Un grand revirement, car Facebook a été fondé comme un canal ouvert qui gagne de l’argent avec les données de ses utilisateurs. En attendant, lson message a recueilli le scepticisme.

Avec Facebook Messenger, WhatsApp et Instagram, l’entreprise de Zuckerberg est l’un des principaux acteurs des services de messagerie. Chaque application compte plus d’un milliard d’utilisateurs.

Dans sa « vision », Zuckerberg déclare vouloir que les messages envoyés via Facebook Messenger soient cryptés, afin que les messages ne puissent être vus que par leur expéditeur et leur destinataire. Grâce au chiffrement de bout en bout, les messages envoyés sur les serveurs ne sont pas déchiffrés. Facebook ne peut donc les voir non plus.

Les messages sur WhatsApp sont déjà équipés d’un cryptage de bout en bout par défaut. Dans Messenger, Facebook offre le même cryptage fort avec l’option «Conversations secrètes», mais ce n’est pas la norme.

Le message sous-jacent

Zuckerberg souhaite également que les utilisateurs puissent choisir la durée de conservation des messages. Les messages pourraient disparaître après quelques semaines, mois ou un an. Zuckerberg ne veut pas non plus stocker des données confidentielles dans des pays qui malmènent des choses telles que la vie privée et la liberté de parole.

Mais le message sous-jacent est le suivant : Zuckerberg dit également qu’il souhaite fusionner les systèmes des trois plates-formes – Messenger, WhatsApp et Instagram.

Par exemple, l’intégration devrait permettre à un utilisateur de Messenger d’envoyer un message à un utilisateur WhatsApp. Et vice versa. « Nous voulons donner le choix aux gens. De cette façon, ils pourront joindre leurs amis au moyen de l’application de leur choix », écrit Zuckerberg.

« Si cette évolution est couronnée de succès, communiquer avec vos amis et votre famille sur le réseau Facebook deviendra fondamentalement quelque chose de plus pour vous-même. » Dans son message, le CEO ne dit rien sur les modifications apportées à la « timeline » de Facebook ou à Instagram lui-même.

Les critiques disent que Zuckerberg annonce simplement l’intégration des services de chat de ses applications Messenger, WhatsApp et Instagram. Et ils soulignent que bien que ce message soit enveloppé dans un beau discours sur les préoccupations en matière de protection de la vie privée, cette décision ne vise qu’à échapper à la législation qui veut restreindre le partage de données entre ces applications.

Timing

La « vision » de Zuckerberg vient après une année au cours de laquelle la société a été la cible de tirs nourris. L’année dernière, on a annoncé que la société de données Cambridge Analytica s’était emparée des données de dizaines de millions d’utilisateurs de Facebook. L’entreprise reçoit aussi beaucoup de critiques pour la présence de fausses nouvelles, de trolls et de discours haineux sur sa plate-forme.

L’agitation autour de Facebook n’a pas faibli ces derniers mois. Le mois dernier, une commission d’enquête du Parlement britannique a qualifié la direction de Facebook de « criminels numériques« . L’autorité allemande de la concurrence a également signalé le mois dernier que Facebook abusait de sa position dominante sur le marché, en utilisant des données acquises en dehors de la plate-forme. L’organisme irlandais de surveillance de la protection de la vie privée enquête actuellement sur dix questions pour lesquelles Facebook pourrait enfreindre la législation européenne sur la protection de la vie privée. Facebook a son siège européen en Irlande.

« La communication privée, la disparition de messages et la formation de petits groupes sont de loin les moyens de communication en ligne dont la croissance est la plus rapide », écrit Zuckerberg. « Les réseaux sociaux publics ont maintenant une place, mais je vois un grand avenir pour un produit plus simple et centré sur la vie privée. »

Abus à des fins terroristes, abus d’enfants et extorsion de fonds

« J’imagine que les gens ne croient pas que Facebook puisse ou veuille faire cela », écrit Zuckerberg. « Malheureusement, nous n’avons pas une bonne réputation en matière de protection de la vie privée. Mais nous avons montré que nous pouvons fabriquer des produits que les gens veulent vraiment. »

Zuckerberg reconnaît que Facebook a choisi de se mettre dans une situation délicate. « La mise en œuvre du chiffrement de bout en bout soulève de véritables problèmes de sécurité auxquels nous devons faire face. Le chiffrement est un puissant outil de protection de la vie privée. Mais il protège aussi la vie privée des personnes malintentionnées. »

Il mentionne également que les gens peuvent abuser du service de messagerie intégré – qui comptera des milliards d’utilisateurs – à des fins de terrorisme, de maltraitance d’enfants et d’extorsion de fonds.

Zuckerberg dit qu’il est de la responsabilité de Facebook de prévenir autant que possible ces abus. « Mais nous avons un choix difficile à faire. Parce que nous ne trouverons jamais tous les méfaits potentiels que nous pourrions trouver avec nos systèmes de sécurité aujourd’hui.

Ce à quoi ressemblera concrètement l’évolution de Facebook dans les années à venir, y compris le business model de l’entreprise de publicité, n’est pas encore tout à fait clair. Zuckerberg écrit que le travail est à un stade précoce. La société consulte des experts sur la conception des plans.

Tags
Show More
Close
Close