Economie

Vous avez dit cynisme? Le boss d’ING reçoit une augmentation de 50%

Dans le secteur privé, le cynisme est roi. L’année dernière, la banque néerlandaise ING établissait un énorme plan social pour supprimer quelque 3.150 postes en Belgique. Aujourd’hui, son patron reçoit une augmentation de 50%, car « ce sont les prix du marché ».

« Indécence! », voilà comment a réagi le chef de file PS à la Chambre Ahmed Laaouej à cette info du Financieele Dagblad. Mais peu importe la couleur politique, cette augmentation de 50% du salaire du boss néerlandais d’ING résonne bizarrement.

Personne n’a oublié l’immense plan social qui devait aboutir à la suppression de 3.150 équivalents temps plein en Belgique d’ici 2021. Il y eut finalement 409 licenciements secs, le reste étant lié à des départs volontaires ou à des retraites anticipées. Mais ce n’est pas fini: seules 196 agences survivront sur 650 d’ici 2021.

Voilà pour le contexte. Il n’a pas empêché les administrateurs de la banque néerlandaise à augmenter leur CEO. Ralph Hamers, en place depuis 2013, touchera désormais trois millions d’euros.

Un boss, ça n’a pas de prix

Une justification? « Nous l’avons à chaque fois reporté, mais franchissons un pas important aujourd’hui », a déclaré M. Van de Veer, le président d’ING. Bah oui, le salaire de son CEO était apparemment bien en deçà de ceux de dirigeants d’entreprises comparables comme Ahold Delhaize, explique Het Financieele Dagblad. Toute la question restant de savoir si ces salaires pratiqués sont encore normaux. Mais il n’y a pas grand-monde, hors communistes, pour les remettre cette réalité en cause.

Ah oui, dernière petite précision: Ralph Hamers a pu passer outre le plafond des 20% de bonus par une petite astuce. Il recevra des actions à hauteur de 50% de son salaire fixe annuel de 1,75 million d’euros, contournant ainsi les règles en vigueur des institutions financières néerlandaises.

Parce que ce sont les prix du marché.

Show More
Close
Close