Economie

Votre prochaine voiture pourrait bientôt être fabriquée en Afrique

Au Maroc, 345.000 voituresont été produites l’année dernière. De cette manière, le pays se place en tant que producteur automobile le plus important ducontinent africain.

Le Maroc a ravi cette place à l’Afrique du Sud où 331.000 voitures avaient été assemblées durant la même période, rapporte le quotidien africain BusinessReport

Le secteurautomobile marocain doit beaucoup aux constructeurs automobilesfrançais Renault et Peugeot qui peuvent compter dans le pays sur lacombinaison d’un marché du travail à bas coûts et sur uneinfrastructure bien équipée. Pendant ce temps, le gouvernementmarocain a investi massivement dans l’infrastructure pour lesfabricants étrangers et souhaite ainsi devenir une base pour lesindustries étrangères sur le continent africain,

Le plus grand pilierindustriel de l’économie marocaine

Le Maroc a de grandesambitions pour son secteur automobile. Moulay Hafid El Alami,ministre marocain de l’Industrie, a indiqué que d’ici 2020, un niveau de production de 600.000 exemplaires par andevrait être atteint. Au milieu de la prochaine décennie, un niveaud’un million d’unités par an devrait être produit.

Le pays compte deuxgrandes usines automobiles à Tanger (Renault) et à Kenitra(Peugeot). Le secteur emploie plus de quatre-vingt mille personnes.Entre-temps, la production automobile est même devenue le plus grandpilier industriel de l’économie marocaine, auparavant dominée parl’agriculture et les phosphates.

Au cours des dernièresannées, des constructeurs automobiles tels que Renault et Peugeotont investi des milliards de dollars au Maroc, ce qui a porté lenombre d’exportations automobiles à près de 5,3 milliards dedollars, contre zéro il y a quelques années. Les économistespensent d’ailleurs que cette industrie entraînera une croissance duPIB réel à plus de 3% par an.

Selon les observateurs, ilexiste un certain nombre de raisons qui ont permis au Maroc dedévelopper un secteur automobile performant en peu de temps.Enpremier lieu, le coût du travail est relativement bon marché auMaroc. Le gouvernement a également investi massivement dansl’infrastructure pour les fabricants étrangers. Un train spécialemmène les voiture s Renault assemblées à Tanger vers un portmassif pour l’exportation. En outre, il existe toujours une relationétroite historique entre le Maroc et son ancien colonisateur laFrance.

Par ailleurs, le Maroc alargement été épargné par le printemps arabe il y a cinq anslorsque des révoltes s’étaient propagée à travers l’Afrique duNord et le Moyen-Orient, renversant les gouvernements de certainspays, déclenchant des guerres dans d’autres et la récessionéconomique presque partout. Mais le Maroc, une monarchierelativement stable, avait déjà commencé à se tourner versl’industrie automobile.

Le pays a égalementdéployé des zones économiques spéciales et d’autres incitationspour les entreprises étrangères. Jusqu’à présent, cela afonctionné, explique le site d’information OZY. L’investissementdirect étranger a augmenté de 15% pour les cinq années précédents2015.

Écosystème durable

Le réseau marocaind’autoroutes a été multiplié par 16 entre 1999 et 2014. Toutefois,selon les critiques, l’assemblage de voitures n’est pasnécessairement un tremplin vers un avenir plus rentable. Aprèstout, la plupart des activités de recherche et de développementsont concentrées à Détroit et Stuttgart en Allemagne, donc bienloin de l’Afrique.

En Outre, la sociétémarocaine reste une société répressive. Selon Reporters sansfrontières, le Maroc est moins libre que l’Algérie ou mêmel’Afghanistan.

De son côté, legouvernement marocain met l’accent sur un écosystème automobiledurable et cherche à faire passer la part de pièces automobilesproduites localement de 40 à 65% des voitures assemblées. En outre,alors que la plupart des voitures assemblées au Maroc sont exportéesvers les marchés européens, le pays cherche également à sepositionner comme une plaque tournante pour les entreprises cherchantà faire des affaires sur le reste du continent africain.

Cette ambition a notammentconduit PSA Peugeot-Citroën à investir plus de 600 millions dedollars pour construire à Kenitra une usine automobile dans la villebalnéaire de Kenitra, qui devrait permettre de vendre un million devoitures en Afrique d’ici 2025, indique l’entreprise.  Cette usine commencera ses activités dès 2018. 

Show More
Close
Close