Les voitures automotrices ne peuvent pas reconnaître les kangourous en Australie et c’est un problème

La mise au point des véhicules automoteurs est confrontée à des problèmes régionaux. Dans un article paru samedi sur le site de la chaîne de télévision australienne ABC, David Pickett, le directeur technique de Volvo Australie explique que le logiciel qui vise à identifier les animaux à proximité d’une Volvo automotrice ne parvient pas à repérer les kangourous. Volvo a débuté en travaillant sur la détection et la reconnaissance des grands mammifères en Suède tels que les élans. Mais lorsque l’équipe de recherche a été envoyée pendant 18 mois dans la Réserve naturelle de Tidbinbilla à Canberra, en Australie, il a fallu se rendre à l’évidence : le logiciel échouait à reconnaître les kangourous.En effet, la voiture utilise le sol comme point de référence, et son système est donc perturbé lorsque le kangourou se déplace avec les bonds qui le caractérisent : « Nous avons remarqué que lorsque le kangourou est à mi-vol… quand il est en l’air, il semble être plus éloigné, alors que lorsqu’il a atterri, il semble plus proche », explique Pickett.

La silhouette est aussi complexe

Pire : la simple silhouette de l’animal pose problème. « Nous identifions un humain grâce à sa démarche, parce que il n’y a pas qu’un seul type d’humains : vous avez des personnes de petite taille, de grande taille, des personnes portant des manteaux. La même chose s’applique aux kangourous. Mais lorsque vous regardez un kangourou assis sur le bord de la route, debout sur le côté de la route, ou en déplacement, toutes ces formes sont réellement différentes », ajoute Pickett.Selon lui, cette difficulté ne retardera pas le lancement des Volvo automotrices en Australie, mais il est nécessaire de lui trouver une solution avant cette échéance.Selon NRMA, un assureur local, plus de 16 000 collisions avec des kangourous sont enregistrées chaque année sur les routes australiennes.

Show More

Express devient Business AM

Close
Close