Villes fantômes chinoises : une bulle immobilière éclatera, tôt ou tard

On a beaucoup écrit au sujet de la bulle immobilière chinoise (l’équivalent moderne de la construction des pyramides). L’été dernier, un article est paru dans les média chinois, révélant que 64,5 millions de compteurs d’électricité ont enregistré une consommation nulle pour six mois. Il a même été dit que la Chine compte désormais assez d’appartements vides pour héberger 200 millions de personnes.

Un an plus tard, la situation n’a pas beaucoup changé. Le journaliste de Bloomberg Adam Johnson a visité une ville de Mongolie intérieure, Kangbashi, assez vaste pour accueillir 1 million d’habitants. En réalité, elle n’en compte que …. 30.000. La ville est l’une des dizaines de villes fantômes construites par le gouvernement chinois pour tenter de faire migrer les gens de la campagne vers les villes (et les usines).

Des villes comme Kangbashi forment la base d’une énorme bulle immobilière. Mais il y a d’autres problèmes. Les logements vacants ne sont pas entretenus et, lentement mais sûrement, les immeubles commencent à se dégrader. Les biens immobiliers commencent à être un fardeau. Pourtant, les Chinois n’ont pas l’intention de cesser de construire. Au cours des quatre premiers mois de 2011, les investissements dans le secteur de la construction ont encore progressé de 34%, pour un montant de 203 milliards de dollars. Tôt ou tard, une bulle immobilière de dimension historique va éclater, estiment les analystes:

Show More

Express devient Business AM

Close
Close