LifestyleTech

La ville « intelligente » mais inabordable

Le terme « smart city » (‘ville intelligente’) est apparu pour la première fois en 2011, lorsque IBM l’a enregistré comme marque déposée. Huit ans plus tard, la ville intelligente n’a pas beaucoup évolué. Le risque existe également qu’il faille bientôt ajouter un deuxième adjectif au concept : « inabordable ».

Les conseils municipaux du monde entier investissent des millions de dollars dans le développement de villes intelligentes. Il s’agit d’utiliser l’Internet et d’autres applications connectées pour créer une infrastructure très efficace. Cela doit permettre une organisation optimale et favoriser le bien-être de la population. Mais même si ces villes intelligentes existaient déjà, elles seraient tout simplement inabordables pour beaucoup de gens.

Ce n’est pas la qualité de vie, mais l’accessibilité économique qui est le facteur le plus important de l’exode urbain

Paradoxalement, le monde occidental a assisté au début d’un exode urbain. Cela s’est produit aussi chez nous. « Si les gens ne viennent pas vivre en ville, ou qu’ils les quittent, ce n’est pas parce qu’ils ne voient pas les avantages, mais c’est surtout parce que la vie en ville est (in) abordable », écrit le promoteur du quartier, Matexi. dans un rapportCe n’est pas l’habitabilité, mais l’accessibilité économique est le facteur le plus important pour de l’exode urbain :

« Le pourcentage d’exode urbain est plus élevé dans les villes les plus chères telles que Louvain, Gand, Anvers et Bruges, malgré le fait que les habitants des villes plus chères sont plus satisfaits de leur ville dans son ensemble. »

« Une bonne mesure est le pourcentage de logement : le pourcentage de votre budget que vous dépensez pour y vivre », déclare Roel Helgers, économiste de marché chez Matexi. « Nous constatons que la proportion de personnes ayant un taux de logement supérieur à 30 % est nettement plus élevée dans des villes comme Anvers et Louvain. Dans les villes les plus chères, il y aura donc plus de difficultés de paiement. »

Les loyers se situent aujourd’hui à un niveau qui va à l’encontre du concept de  » ville intelligente « , précisément parce que ce dernier concept est concentré dans les villes où la population s’intéresse à un tel concept.

« ville intelligente » est devenu un concept fourre-tout

Le terme est donc souvent utilisé à mauvais escient et pour beaucoup, il est associé à la promotion de la vie dans de petits espaces et aux investissements dans les transports publics. La première entraîne le départ des familles avec enfants, tandis que les seconds ne fonctionnent toujours pas bien dans une ville comme Anvers (Smart City – Living Lab for Flanders). Au début des années 90, Johan Sauwens, le premier ministre flamand des transports (1988-1992), a organisé un voyage d’étude à Grenoble, Genève et Bâle. Il a été impressionné par l’influence des Suisses sur leurs feux de circulation. « Mais l’effet du voyage a été nul, nul, nul … », écrit l’expert en mobilité Herman Welter plus de vingt ans plus tard dans le journal Gazet van Antwerpen.

Le terme « ville intelligente » est devenu entre-temps un concept fourre-tout qu’il est urgent d’actualiser. Les priorités à cet égard devraient peut-être être un peu moins axées sur la technologie. Qu’y a-t-il de mal à ce qu’une ville qui, en plus de lutter pour une mobilité intelligente, protège aussi sa classe moyenne ? Et donne un coup de pouce à la population active.

Tags
Show More
Close
Close