Les cadres des grandes banques américaines vendent des actions de leur propre banque

Les cadres supérieurs et les dirigeants des 6 plus grandes banques des États-Unis ont constamment revendu des actions de leur propre banque au cours de ces derniers mois. C’est ce qu’affirme le Financial Times, en se basant sur une analyse de Bloomberg. Ces cadres sont ceux des banques JP Morgan Chase, Bank of America, Wells Fargo, Citigroup, Goldman Sachs et Morgan Stanley.Au total, depuis le début de l’année 2017, ils ont vendu 9,32 millions de parts sur le marché libre. Même en excluant une grosse opération de revente d’actions Wells Fargo que Warren Buffett a dû orchestrer pour rester en conformité avec la réglementation applicable aux institutions financières, il s’est vendu 14 fois plus d’actions qu’on en a achetées. Cela contraste fortement avec la situation de l’année dernière, quand plus d’actions étaient achetées qu’il ne s’en vendait.

Les banques témoignent de l’insatisfaction à l’égard de la politique du gouvernement Trump

Selon les experts, cela signifie que les professionnels qui connaissent le mieux la manière dont une économie fonctionne ont peu confiance en l’avenir. Ces reventes seraient également un marqueur d’insatisfaction à l’égard de la politique du président Trump.Au moment de son élection, l’homme d’affaires new-yorkais avait inspiré un vent de confiance qui s’était traduit par une forte hausse des marchés boursiers, parce qu’il avait promis de faire monter les taux d’intérêt, d’abaisser les impôts, et de simplifier la réglementation. Mais désormais, on redoute qu’une grande partie de ce programme ne soit pas mise en œuvre.Selon Robert Smalley, un analyste de crédit chez UBS à New York, les actions bancaires sont devenues le baromètre du succès ou de l’échec des politiques du gouvernement Trump.On pense que l’essentiel des gains qui devraient être tirés la présidence Trump ont déjà été enregistrés et que la période de hausse des cours pourrait toucher à sa fin.

Show More
Close
Close