Predata, une startup qui prédit l’avenir

Non, il ne s’agit pas de cartomancie high-tech, mais d’un système de prédiction informatique appliqué à la gestion des risques : une société américaine, Predata, analyse les grandes catastrophes du passé pour prédire celles du futur, pour en tirer des modèles prédictifs. Il ne s’agit pas de prévoir les catastrophes naturelles, mais de déterminer avec la plus grande exactitude possible les déboires financiers et boursiers à venir, de même que les catastrophes humaines ancrées dans l’économie, la politique, le social, la religion, etc.Predata est une petite startup de 14 travailleurs lancée par un ancien officier de la CIA, John Shinn. Son algorithme ingère quotidiennement des milliers de pages sur internet, un millier de comptes Twitter, et une grande quantité d’actualités de journaux et magazines de près de 200 pays pour saisir ce qui suscite l’intérêt le plus intense dans le monde. Plus de 300 sujets sont pris en compte.

Des modèles de répétitions

 Cette analyse permet au programme de trouver les répétitions, c’est-à-dire les modèles de réactions qui se dégagent de façon systématique autour de certains événements donnés (après et avant celui-ci). Celui-ci les analyse et détermine les modèles de répétitions du cycle, avec des pourcentages de probabilités. Ces modèles peuvent fournir des avertissements pour les périodes de troubles politiques et sociaux, par exemple. Ainsi, un événement grave à Paris avait été prédit avec une probabilité de 61% un mois avant les attentats.Cet algorithme est destiné tant aux marchés financiers qu’aux sociétés et institutions, et même Bloomberg l’a ajouté à ses serveurs.Sa force réside dans le fait qu’il ne se base pas, comme les programmes précédents, sur la simple utilisation de mots-clefs.

Show More

Express devient Business AM

Close
Close