Une nouvelle économie… sans emplois

L’économie américaine enregistre une croissance de 2%, c’est-à-dire, bien mieux que l’Europe. On s’attend à un chiffre similaire pour 2017 et 2018. Et pourtant, ce taux reste inférieur aux taux de croissance que l’on enregistre d’habitude aux  Etats-Unis à la suite d’une récession. En fait, cela fait 88 mois que l’économie américaine connaît une croissance ininterrompue.Les économistes sont perplexes. Près de 60% d’entre eux s’attendent à une nouvelle récession dans les quatre prochaines années, tandis que les autres prédisent la plus longue période de croissance économique ininterrompue de l’histoire, indique le Wall Street Journal (WSJ).

Les prévisions en matière d’emploi sont devenues impossibles

Pourquoi une telle incertitude ? Parce qu’il est devenu très difficile de prédire l’évolution de l’emploi, explique Marc Fiorentino de MonFinancier. Non pas parce que l’économie va mal, mais plutôt pour des raisons structurelles. La révolution technologique a complètement brouillé la prévisibilité du marché du travail.Fiorentino rappelle que l’effectif cumulé des 5 firmes qui ont les plus fortes valorisations aux Etats Unis ne dépasse pas 434.000 personnes. C’est 20 % de moins qu’en 2000, et près de moitié moins qu’en 1980. Des chiffres alarmants qui sont comparables à ce que The Economist avait rapporté récemment :

« En 1990, les trois plus grands constructeurs automobiles de Detroit avaient une capitalisation cumulée de 36 milliards de dollars et ils employaient 1,2 million de personnes.  En 2014, les trois premières entreprises de la Silicon Valley, combinant une capitalisation de marché de plus de 1.000 milliards de dollars, n’avaient que 137.000 employés ».

Snapchat a une valeur de 25 milliards de dollars, mais n’emploie même pas 500 personnes

« Dans l’informatique et l’électronique, l’emploi s’est effondré de 50% en 15 ans, en grande partie du fait de la robotisation. Et les nouvelles start-up conquérantes du digital créent très peu d’emplois », note Fiorentino.Ainsi, la plateforme photo Instagram a été rachetée 1 milliard de dollars par Facebook en 2012. Son effectif n’était alors que de 13 personnes… De même, Snapchat, la société du ‘wonder boy’ Evan Spiegel, qui se prépare à son entrée en bourse pour près de 25 milliards de dollars, n’emploie guère plus de 500 personnes.

Show More

Express devient Business AM

Close
Close