Economie

Une agriculture totalement biologique entraînerait une hausse des émissions de CO2

Selon une nouvelle étude britannique, le passage à une production d’aliments 100% bio en Angleterre et au Pays de Galles provoquerait une hausse globale des émissions de gaz à effet de serre. Une agriculture totalement biologique produirait moins d’émissions directes que l’agriculture conventionnelle. Cependant, selon les chercheurs, cela limiterait la production alimentaire.

Par conséquent, il faudrait utiliser jusqu’à cinq fois plus de terres et les émissions globales de CO2 pourraient augmenter de 21% par rapport à l’approche conventionnelle.

Agriculture conventionnelle

Au Royaume-Uni, on estime que l’agriculture conventionnelle est responsable d’environ 9% des émissions totales de gaz à effet de serre en raison de l’utilisation d’engrais artificiels, mais également à cause des émissions de méthane d’origine animale et de la modification de la condition des sols.

Une agriculture totalement biologique entraînerait une réduction des émissions d’environ 20% pour les cultures et d’environ 4% pour le bétail.

Toutefois, l’étude estime qu’une telle initiative entraînerait des baisses importantes de la production alimentaire d’environ 40% par rapport à l’agriculture conventionnelle. Cette diminution se devrait aux rendements plus faibles des cultures ainsi qu’à l’introduction de légumineuses fixatrice d’azote dans les terres, ce qui réduirait la quantité des terres disponibles pour la production.

Importations

Pour répondre à la demande de produits alimentaires, le déficit devrait être comblé par les importations.

« Nous estimons que si l’agriculture biologique devait être adoptée en gros sans changement de régime alimentaire, il nous faudrait près de six millions d’hectares de terres supplémentaires », a déclaré l’un des auteurs, Philip Jones, de l’Université de Reading.

Cependant, avec six millions d’hectares de terres supplémentaires, les émissions globales de la production alimentaire britannique augmenteraient de 21%.

Régime alimentaire

Les auteurs reconnaissent que la purification de l’air et de l’eau, ainsi que l’amélioration de la biodiversité dans le cadre d’un avenir entièrement biologique, présenteraient des avantages considérables. Toutefois, une agriculture 100% bio aurait des conséquences sur les émissions et sur le changement climatique.

Toutefois, selon les critiques, cette étude présume qu’il n’y aura pas de changement dans le régime alimentaire des personnes.

« L’étude ne suppose aucun changement dans le régime alimentaire, ce qui est clairement intenable compte tenu de la crise alimentaire mondiale”, a déclaré Rob Percival de la Soil Association. “L’étude suppose que nous continuerions de consacrer la majeure partie de nos terres cultivées à la surproduction de mauvaises choses.”

« L’hypothèse concernant les régimes est cruciale: les consommateurs de produits biologiques d’aujourd’hui sont un groupe qui s’auto-sélectionne et qui n’est pas typique de la nation », a nuancé Adrian Williams, co-auteur de l’étude et professeur de l’Université de Cranfield.

Tags
Show More

Express devient Business AM

Close
Close