Politique

Un juge ordonne l’arrestation d’activistes catalans indépendantistes pour « terrorisme »

À Barcelone, mardi, des milliers depersonnes sont encore descendues dans la rue pour protester contrel’arrestation de sept activistes indépendantistes. Parmi ceux-ci, une femme,membre des Comités de la Défense de la République (Comités deDefensa de la Republica CDR) est suspectée selon le juge, nonseulement de rébellion , mais également de « terrorisme ».

Tamara Carrasco est ainsi la premièreactiviste soupçonnée de terrorisme dans la saga de l’indépendancede la Catalogne. En Espagne, le « terrorisme » est puni de 30ans d’emprisonnement.

Carrasco a été arrêtée àViladecans, une banlieue industrielle de Barcelone, rapporte Euronews. Selon la GuardiaCivil, elle est l’idéologue des CDR. Sa voix aurait été entenduesur des enregistrements diffusés le mois dernier sur les réseauxsociaux dans lesquels étaient données des instructions pour bloquerles trains à grande vitesse en Catalogne. Il y aurait été faitappel également à mener des actions dans le port de Barcelone et àMercabarna, un marché pour grossistes en fruits et légumes.Finalement, ces actions n’ont pas eu lieu.

Les six autres activistes sont soupçonnés de trouble de l’ordre public lors d’incidents survenus le 30janvier devant le parlement catalan.

Qui sont les Comités de la Defensa dela Republica (CDR) ?

Ces Comités regroupent 300 mouvementsdans toute la Catalogne. Ils ont commencé leurs activités à lasuite du référendum inconstitutionnel du 1er octobre et aprèsl’arrestation le mois dernier en Allemagne, du président démis deses fonctions, Carles Puigdemont.

Ces militants viennent principalementde milieux anti-capitalistes et des mouvements indépendantistesAsamblea Nacional Catalana (ANC) et Omnium Cultural.

Lors des dernières électionscommunales, Carrasco s’est présentée sur la liste rassemblantGuanyem Viladecans – Canvi Avanç i Progrès, à laquelle s’étaitjoint également le parti Podemos de Pablo Iglesias.

Show More
Close
Close