Politique

Immigration: l’UE peut compter sur un « club de dictateurs » arabes pour maintenir les frontières fermées

Le dirigeant égyptien Abdel Fattah Al-Sissi a reçu des applaudissements inattendus de journalistes arabes le week-end dernier, alors qu’il demandait à l’Europe de s’abstenir de donner des leçons en matière de droits de l’homme aux pays arabes. Cela s’est produit à l’occasion de la conférence de presse qui a mis fin au tout premier sommet de l’UE et de la Ligue arabe. Bien sûr, l’immigration et la question de l’Etat islamique étaient à l’ordre du jour.

Lorsqu’un journaliste allemand a posé une question sur les droits de l’homme, Al-Sissi a répondu que l’UE ferait bien de cesser de commenter la situation des droits de l’homme dans les pays de la Ligue arabe. « Nous avons notre propre sens de l’humanité, des valeurs et de l’éthique, vous avez vos propres idées et nous les respectons. Respectez les nôtres, comme nous le faisons », a-t-il dit. Sa déclaration a déclenché l’hilarité des reporters égyptiens dans la salle. Etonné par leur gaité, Donald Tusk, président du Conseil européen, a commenté ironiquement : « J’apprécie l’enthousiasme des médias égyptiens. Je ne vois pas une telle réaction se produire à Bruxelles. »

Ce fut une conférence de presse remarquable. Le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, s’est même vu obligé de contredire le secrétaire général de la Ligue arabe. Il a affirmé que « personne n’avait même mentionné les droits de l’homme ». « Ce n’est pas vrai, a dit Juncker, parce que j’en ai moi-même parlé dans mon discours« .

Néanmoins, l’incident est révélateur de la frustration et de l’impuissance qui prévalent dans les capitales européennes à cet égard. Parce que dans la déclaration finale conjointe de l’UE et de la Ligue arabe, outre le terme « droits de l’homme », le terme « démocratie » n’est pas non plus mentionné. Il semble que le printemps arabe soit un détail négligeable dans l’histoire et qu’il vaille mieux l’oublier.

Un mur de défense constitué avec des pays africains stables

Cependant, il est difficile de se débarrasser l’impression que l’UE a imposé la paix grâce à un mur défensif composé de pays africains stables de l’autre côté de la Méditerranée. Ils semblent non seulement préparés, mais sont aussi capables d’empêcher les réfugiés africains d’atteindre l’Europe par la mer.

On a maintenant choisi de garder les réfugiés à l’étanger sans en faire trop de publicité. Par conséquent, l’UE tolérera la croissance et la stabilisation économique des dictatures au sein de la Ligue arabe par intérêt vital.

L’année dernière, dans ce contexte, l’UE avait mis au point un plan prévoyant la création  de camps de réfugiés en Afrique. Les réfugiés devaient être rassemblés dans ces centres d’accueil dans lesquels ils pourraient soumettre leur demande d’asile. Cette demande aurait ensuite été traitée sur place. Toutefois, cette proposition a été rejetée à l’unanimité par la région.

« Un club de dictateurs »

Dans une interview avec notre Premier ministre Michel, Wouter Verschelden a déclaré qu’il s’agissait en définitive d’un « club de dictateurs ». Le Premier ministre a admis que cela n’était en effet « pas évident, mais nécessaire ».

Erdogan of all people

Le fait que ce le président turc Recep Tayyip Erdogan ait mis en cause l’Égypte samedi, et indiqué qu’il refusait lui-même de parler avec Al-Sissi parce que les exécutions se sont multipliées récemment témoigne donc de l’époque dans laquelle nous vivons.

Tags
Show More
Close
Close