L’UE envisage de geler les comptes bancaires « en cas de circonstances exceptionnelles »

“Une option faisable”

Des Etats membres de l’UE envisagent d’adopter des mesures qui empêcheraient temporairement les citoyens de retirer de l’argent de leurs comptes bancaires afin d’éviter le risque d’une ruée bancaire (“bank run”). C’est ce qui ressort d’un document dont Reuters a eu communication.

Une ruée bancaire se produit lorsque la rumeur se répand – à tort ou à raison – qu’une banque est en difficultés financières et qu’un grand nombre de détenteurs de comptes se précipitent en même temps à ses guichets (ou distributeurs automatiques) pour retirer tout l’argent qu’ils y détiennent, de peur de perdre celui-ci dans l’hypothèse d’une faillite de l’établissement… que cette ruée ne manque pas de concrétiser.Dans le courant de cette année, la banque espagnole Banco Popular, victime d’une telle ruée bancaire, est effectivement tombée en faillite. En l’espace de 48 heures, ses clients ont retiré plus de 3,6 milliards € en espèces.Un document daté du 10 juillet, préparé sous la présidence estonienne de l’UE, indique que le blocage temporaire des comptes bancaires des banques en difficultés est une “option faisable”. Les banques auraient le droit de geler “dans des circonstances exceptionnelles” les comptes clients entre 5 et 20 jours ouvrés.Une exception serait prévue pour permettre aux titulaires de comptes de procéder à des retraits limités pour couvrir leurs besoins financiers urgents.                                                                                                                                                           Les différents Etats de l’UE sont divisés sur le sujet. Les pays qui autorisent déjà le gel des comptes lorsque les banques traversent des difficultés, y compris l’Allemagne, défendent la mesure. Les banques redoutent qu’une telle mesure mine la confiance des épargnants, les dissuadant de leur confier leurs économies. “Nous croyons fortement que cela inciterait les déposants à se ruer sur leur banque à un stade précoce”, déclare Charlie Bannister de l’Association pour les Marchés Financiers en Europe (AFME), un lobby bancaire.Ces projets ont déjà été discutés le 13 juillet et les débats devraient reprendre en septembre.

Show More
Close
Close