Uber… la chute a-t-elle commencé ?

Des recruteurs des environs de la Silicon Valley ont été ces derniers temps confrontés à un afflux étonnant d’inscriptions de travailleurs provenant de la plate-forme alternative de taxis Uber.

La raison est peut-être à rechercher du côté du nombre élevé de problèmes qui ont touché l’entreprise ces derniers temps et de la mise en doute de la qualité de la direction au sein de la firme.

Les experts évoquent une situation étonnante étant donné que lors de leur départ, beaucoup de collaborateurs perdraient un montant important d’options d’achats d’actions.

Avec une valeur actuelle de 70 milliards de dollars, Uber peut fournir à un manager moyen des centaines de milliers de dollars en options d’achats d’actions.

Culture d’entreprise

« Il est extrêmement difficile d’embaucher du personnel d’Uber car les employés ne veulent pas abandonner leurs options d’achat d’actions « , témoigne Guillaume Champagne, président chez SCGC Executive Search.

D’un point de vue strictement financier, l’ambiance de travail de l’entreprise devrait être exceptionnellement mauvaise pour les amener à un départ. Néanmoins, ces dernières semaines, un nombre croissant de collaborateurs semblent être à la recherche d’un nouvel emploi.

Les concurrents expliquent également recevoir de plus en plus souvent des candidatures de collaborateurs d’Uber.

Ces derniers temps, Uber a été confronté à des plaintes relatives à du harcèlement et à des attitudes sexuelles inadéquates. En outre, le directeur Travis Kalanick a dû présenter ses excuses parce qu’il avait enguirlandé un chauffeur qui se plaignait de son bas salaire. Kalanick avait alors admis qu’il devait avoir une autre attitude comme directeur. En outre, deux cadres supérieurs ont récemment quitté l’entreprise.

Uber affirme cependant que les départs ne sont pas plus élevés que la normale.

Enfin, Uber est menacé par une plainte en matière de brevet de la part de Waymo, une filiale d’Alphabet. Ces allégations sont réfutées par l’entreprise, mais cette situation semble avoir semé des doutes chez bien des collaborateurs à propos de la valeur de leurs participations dans l’entreprise.

 

Show More
Close
Close