Politique

La Turquie veut suspendre l’accord sur les migrants avec l’UE jusqu’à ce que les Turcs puissent entrer dans Schengen sans visa

Depuis 2016, l’UE paye la Turquie pour maintenir les migrants hors du territoire européen. Mais cet accord menace maintenant d’être prochainement suspendu. C’est ce que le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Çavuşoğlu (à gauche sur la photo) a déclaré à la chaîne de télévision turque TGRT Haber. La suspension serait maintenue jusqu’à ce que les personnes munies d’un passeport turc puissent se rendre dans les pays de l’espace Schengen sans visa. « Nous n’attendrons pas à la porte de l’UE », a déclaré le ministre.

En 2016, l’UE a promis à la Turquie que, outre une aide financière de 6 milliards d’euros, elle assouplirait également l’obligation d’obtention d’un visa pour les citoyens turcs en se rendant dans la zone Schengen. Mais cette dernière promesse ne s’est jamais matérialisée.

Selon Natasha Bertaud, une porte-parole de la Commission européenne, l’UE et la Turquie travaillent toujours ensemble à la mise en œuvre cet accord. Selon Bertaud, l’assouplissement ne peut exister que si la Turquie adhère à l’autre partie de l’accord.

Les autorités turques maintiennent que le pays s’efforce toujours d’obtenir la pleine adhésion à l’UE. Les efforts qu’il déploie à cette fin seraient également pleinement conformes aux normes de l’UE. « La finalisation du processus de dialogue sur la libéralisation du régime des visas est notre première priorité », a déclaré un communiqué de presse à ce sujet. « Ce processus devrait permettre aux citoyens turcs de se rendre dans la zone Schengen sans visa.

72 exigences, y compris la reconnaissance de la République de Chypre

L’UE a entamé le processus d’assouplissement du régime des visas avec la Turquie en décembre 2013. Les négociations ont abouti à un scénario comportant pas moins de 72 exigences.

L’Union européenne a publié l’année dernière un rapport dans lequel « la question chypriote » reste l’un des principaux obstacles. L’une des 72 exigences stipule en effet que la Turquie doit reconnaître la République de Chypre, membre de l’Union européenne, en tant que pays indépendant.

La Turquie a toujours refusé de le faire, puisqu’elle a occupé la partie nord de Chypre en 1974 et l’a transformée en République turque de Chypre-NordLa Turquie est le seul pays à reconnaître la Chypre du Nord.

Tags
Show More
Close
Close