Politique

La Turquie peut-elle rester dans l’OTAN ?

L’Union européenne va imposer des sanctions politiques et économiques à la Turquie en raison du forage de gaz qu’elle effectue dans les eaux au large de la partie turque de Chypre. C’est ce que les ministres des affaires étrangères de l’UE ont décidé. Le président turc Recep Tayyip Erdogan, n’est guère impressionné.

La Turquie est depuis longtemps impliquée dans un différend avec l’UE concernant l’exploitation de gisements de gaz en Méditerranée orientale. Cette zone est généralement considérée comme une eau territoriale économique de Chypre. Mais cette île a été divisée en une partie grecque et turque. La Turquie ne tolère pas que son rival chypriote grec invoque des droits sur une zone économique exclusive.

L’UE a maintenant décidé de suspendre les négociations sur un nouvel accord aérien turco-européen sur l’aviation. De plus, aucune réunion de haut niveau entre l’UE et Ankara ne sera organisée pour le moment. L’UE a également réduit l’aide financière que la Turquie reçoit de Bruxelles en tant que candidat à l’adhésion à l’UE (146 millions d’euros). En outre, la Banque européenne d’investissement (BEI) réexaminera les conditions de l’assistance financière versée en faveur du pays.

Erdogan se montre indifférent et augmente ses activités en Méditerranée

La Turquie réagit par l’indifférence à la nouvelle. Elle a même annoncé qu’elle allait intensifier ses activités en Méditerranée. Il est clair que le conflit avec l’UE fait partie de la lutte pour la survie d’Erdogan dans son pays. Une rapide escalade est possible, car les navires effectuant les forages gaziers sont escortés par l’armée turque, y compris par des drones, des avions de combat F-16 et des navires de guerre. A Chypre, on compare l’attitude turque à celle du coup d’État militaire de 1974, lorsque le nord de Chypre est tombé aux mains des Turcs. Si les navires turcs entrent en collision avec des navires chypriotes, il n’y aura pas d’autre choix que d’impliquer l’UE et l’OTAN dans le conflit.

C’est là que réside le problème, car l’UE n’a pas de position unanime sur la manière de traiter la Turquie. Trop de pays de l’UE dépendent de la bonne volonté d’Erdogan pour maintenir les réfugiés du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord hors des frontières de l’UE.

La Turquie tourne le dos à l’OTAN avec l’achat d’un système de défense antimissile russe

Ensuite, il y a la position turque au sein de l’OTAN. Les jours où la Turquie était vraiment intéressée par le renforcement de ses liens avec l’Occident est révolue. L’achat d’un système de missile russe par la Turquie est une autre source de tension. La Russie a quant à elle commencé à fournir 2 batteries S-400 à la Turquie. Après cela, elle en produira deux autres directement en Turquie

Mais le S-400 russe n’est pas compatible avec les autres systèmes de défense de l’OTAN et n’est pas soumis aux restrictions imposées par l’alliance à la Turquie qui interdit à ce pays d’implanter un tel système sur les frontières arménienne et grecque et sur la côte égéenne.

Les États-Unis ont donc décidé d’exclure la Turquie du programme d’achat de l’avion de combat F-35. L’OTAN et les États-Unis affirment que le fait de relier le F-35 à un système de missiles russe compromettrait la sécurité occidentale. Maintenant que la livraison du S-400 a été actée, le gouvernement américain a annulé la vente

En se rapprochant de Poutine, il semble qu’Erdogan se sente de plus en plus à l’aise à Moscou, plutôt qu’à Bruxelles. Comment cette attitude peut se conformer à l’adhésion à la Turquie et à ses obligations au sein de l’OTAN est un double mystère. Lorsque la Turquie a rejoint l’OTAN en 1952, c’était pour protéger le flanc est de l’OTAN contre la Russie. Mais aujourd’hui, ces jours semblent définitivement appartenir au passé.

Tags
Show More
Close
Close