Trump veut aussi bâtir un mur… En Irlande

Pendant des mois, Donald Trump a martelé son projet pour stopper l’entrée d’immigrants illégaux sur le territoire des Etats Unis : la construction d’un mur à la frontière avec le Mexique. Mais il semble qu’il veuille aussi faire bâtir un mur en Irlande. Cette fois-ci, il s’agit de protéger un terrain de golf que Trump possède dans le pays contre les inondations liées au réchauffement climatique. Un phénomène que Trump avait qualifié de “concept créé par et pour les Chinois dans le but de nuire à la compétitivité de l’industrie américaine”. Dans ses discours de campagne, Trump nie toujours l’existence du réchauffement climatique. Jeudi, lors d’un meeting de campagne dans le Dakota du Nord, il a même émis le souhait de faire annuler l’accord climatique conclu récemment à Paris.Avant l’effondrement des cours du pétrole, le Dakota du Nord bénéficiait d’un grand essor économique, grâce à l’industrie du gaz de schiste. Cet État ne se soucie donc guère des accords sur le climat et Trump a joué cette carte.S’il devient président, il déréglementera totalement le secteur de l’énergie des États-Unis et relancera le projet controversé Keystone XL. Il s’agit d’un pipeline transportant du pétrole brut provenant des sables bitumineux de la proovince d’Alberta vers la côte Sud des États-Unis. L’année dernière, l’administration Obama a rejeté le permis pour la construction de l’oléoduc entre le Canada et les États-Unis, sur base d’une série de procès intentés par les raffineries de pétrole, les écologistes et certains membres du Congrès américain. Mais il semble que lorsque les intérêts de Trump sont menacés, le magnat de l’immobilier se montre plus sensible à la perspective des changements climatiques. Dans le village irlandais de Doonbeg, à l’Ouest de la côte irlandaise, par exemple, où il a acheté un terrain de golf en 2013, les tempêtes violentes rognent de plus en plus la côte, engloutissant plusieurs mètres carrés de dune chaque année. Le parcours de golf du magnat, en bord de mer, est menacé directement  par la montée des eaux. Trump a donc décidé que sa holding irlandaise, Trump International Golf Links Ireland, solliciterait un permis de construire pour l’édification d’un mur de rochers le long de la plage, qui devrait faire quatre mètres de haut et s’étendre sur 2,8 kilomètres. Dans leur demande, les consultants de Trump écrivent que le mur est nécessaire “en raison des effets du changement climatique.” Trump lui-même qualifie invariablement le réchauffement planétaire de “canular” (“hoax”) et de “pseudo-science”.

Il est désormais fortement critiqué pour cette raison, entre autres par l’ancien membre du Congrès républicain Bob Inglis. Au cours d’une interview à Politico, ce dernier a déclaré ce qui suit:

“Trump oeuvre pour mettre ses propriétés menacées hors de risque et son entreprise essaye de trouver une solution contre les effets du changement climatique. Pendant ce temps-là, il dit des choses à son public dont il sait qu’elles ne sont pas vraies. On peut encore pardonner à des gens qui sont réellement ignorants, mais les gens qui cherchent à tromper les autres, c’est autre chose”

Les groupes environnementaux irlandais s’opposent à la construction du mur. Ils disent que le golf n’est pas une infrastructure critique qui doit être protégée contre les inondations

Show More

Express devient Business AM

Close
Close