Guerre mondiale par tweets interposés à propos de la taille… d’un bouton nucléaire

Le réseau social Twitter est dans l’œil du cyclone après un Tweet incendiaire du président américain Trump. Ce dernier a adressé mardi un message affirmant qu’il avait le plus gros… bouton nucléaire. Sur la plate-forme, on débat sur ce tweet, mais aussi sur d’autres tweets de Trump. La question est de savoir s’ils violent ou non les nouvelles règles de Twitter interdisant l’incitation à la violence. Dans le tweet controversé de Trump, on pouvait lire la chose suivante :

« Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un vient juste de déclarer que le « Bouton Nucléaire est constamment sur son bureau ». S’il vous plait, est-ce que quelqu’un de ce régime appauvri et affamé pourrait lui dire que moi aussi j’ai un Bouton Nucléaire, mais un bien plus gros et bien plus puissant que le sien, et que mon bouton fonctionne !».

D’après les analystes, Twitter a prévu une exception à cette règle pour les membres de gouvernements et les militaires. De plus, il n’est pas évident que le dernier tweet de Trump constitue une incitation directe à la violence, même s’il augmente le risque d’une guerre nucléaire [accidentelle]. Twitter peut également invoquer une autre exception, qui est celle de la « valeur de l’information », même si la société ne l’utilisera pas dans ce cas particulier.Il est peu probable que la polémique prenne rapidement fin. Qui peu décider de ce que peut ou ne peut pas dire que le président des États-Unis?

« Peu importe ce que dit le président des États-Unis »

Le tweet de Trump a été immédiatement fortement condamné par les démocrates et les experts en politique étrangère de Washington.Jim Himes du Connecticut, un Membre du Congrès démocrate du Connecticut, a dit que le tweet était « freudien » et démontrait que Trump avait une propension à «démontrer qu’il était plus grand et plus fort que quiconque».Himes il a ajouté que la triste conséquence de l’escalade verbale de Trump était que « quoi que dise le président des Etats-Unis, cela n’a plus vraiment d’importance, parce que c’est si saugrenu, si étrange, faux et puéril ».

Un enfant de 10 ans irritable

Eliot Cohen, un ancien haut fonctionnaire de l’administration de George W. Bush et un critique de Trump, a déclaré que la déclaration du Président avait été « exprimée comme un enfant de 10 ans irritable ».« Mais un [enfant de 10 ans] avec des armes nucléaires – pour de vrai – à sa disposition. Voir les personnes responsables qui l’entourent ou le soutiennent ignorer cela, ou en rire, me dépasse ».Richard Haass, président du Conseil des relations étrangères, un think tank de Washington, a noté qu’au cours des dernières 24 heures, Trump « avait menacé de 1) réduire l’aide au Pakistan qui détient la bombe nucléaire et qui est truffé de terroristes ; 2) réduire l’aide aux Palestiniens après avoir modifié la politique américaine sur la question de Jérusalem et 3) s’était vanté que son bouton nucléaire était plus grand que celle de Kim Jong-un. Et c’est notre commandant en chef. Songez-y ». 

Show More
Close
Close