EconomiePolitique

Huawei : Trump ramène-t-il un cheval de Troie ?

Les marchés boursiers mondiaux battent de nouveaux records lundi à la suite du cessez-le-feu annoncé dans la guerre commerciale sino-américaine. Par exemple, les entreprises américaines sont de nouveau autorisées à faire des affaires avec le groupe chinois Huawei. Mais le plus dur reste à venir. Premièrement, pour calmer les partisans de la ligne dure dans les deux camps et, deuxièmement, pour faire comprendre au monde en quoi consiste le cessez-le-feu.

Le président américain Trump a décidé au cours du week-end de ne pas augmenter les droits de douane sur les produits chinois pour le moment. En échange, la Chine commence par l’achat immédiat de grandes quantités de produits agricoles américains. Dans le même temps, l’interdiction de commerce avec le groupe technologique chinois Huawei a également été assouplie. Cela permettra aux entreprises américaines de faire à nouveau des affaires avec cette entrepriseSelon le président, des sociétés américaines telles que Google, Qualcomm et d’autres peuvent à nouveau vendre du matériel à Huawei. Dans la mesure où il n’y a aucun danger pour la sécurité nationale des États-Unis. De cette façon, Trump dit qu’il répond à la demande des sociétés de technologie américaines et de Xi Jinping

« Les fabricants chinois ne partagent pas nos normes et nos valeurs »

En février, le directeur du FBI, Chris Wray, avait informé le Comité du renseignement du Sénat qu’il était « extrêmement préoccupé » par les smartphones des réseaux de télécommunication américains fabriqués par des fabricants chinois « qui ne partagent pas nos valeurs ». Les directeurs du FBI, de la CIA et de la NSA, entre autres, ont déclaré lors de la session du comité parlementaire au Sénat américain que les citoyens américains ne devraient pas utiliser les produits et services de Huawei. Ils ont insinué que Huawei coopérait avec les services de renseignements chinois. En mai, Trump a ensuite annoncé l’interdiction pour les entreprises américaines de continuer à travailler avec Huawei.

« Une erreur catastrophique »

Ren Zhengfei, le CEO de Huawei, se voit maintenant accorder un répit de la part de Trump. Le mois dernier, il a indiqué que l’interdiction coûterait à son entreprise environ 30 milliards de dollars (26,5 milliards de dollars) en ventes perdues.

Tout le monde n’est pas satisfait de l’assouplissement de l’interdiction. Le sénateur républicain Marco Rubio a évoqué dans un tweet « une erreur catastrophique ». « Personne ne prendra jamais les États-Unis au sérieux », a écrit l’ancien candidat qui s’est battu contre Trump en 2016 pour l’investiture présidentielle républicaine. « Le Congrès américain tentera d’annuler cette détente. »

Le sénateur républicain Lindsay Graham, qui défend Trump dans 99 % des cas, a également parlé d’une concession claire. Le sénateur républicain John Barrasso est allé plus loin. Il a comparé Huawei à « un cheval de Troie prêt à nous voler encore plus d’informations ».

Larry Kudlow, le conseiller économique de Trump, a tenté de convaincre les critiques lors des débats télévisés de dimanche que Trump n’avait pas transigé sur la sécurité nationale. « Huawei reste sur notre liste noire », a déclaré Kudlow. « Il n’est pas question d’une amnistie générale. »

Le précédent ZTE

Pourtant, Trump semble avoir fait quelque chose de comparable à ce qu’il avait fait avec le Chinois ZTE en 2017. ZTE avait alors été sanctionné pour avoir fourni illégalement des marchandises à l’Iran et à la Corée du Nord. Une interdiction commerciale a alors rendu pratiquement impossible pour ZTE de fabriquer ses téléphones. Ces appareils fonctionnaient sur le système d’exploitation américain Android et utilisaient des puces Qualcomm. Mais en échange d’une amende de 1,4 milliard de dollars et de l’accord de changer un certain nombre de postes au sein de la direction de l’entreprise, Trump a ensuite annulé les sanctions.

Mais une autre constante dans les bonnes nouvelles qui suivent les rencontres entre Xi et Trump, c’est que les négociations se retrouvent dans une impasse par la suite. C’est ce qui s’est passé en 2017, après les réunions à Mar-a-Lago et à Beijing, et en 2018, après la réunion à Buenos Aires.

Personne ne sait ce qui va se passer

Ce qui va se passer reste une question ouverte. La Maison Blanche n’a toujours pas publié de détails sur le nouvel accord. Mais il semble fort probable qu’avec sa déclaration, Trump vise principalement à maintenir les marchés boursiers à des niveaux record. Pour Trump, la situation boursière est le meilleur indicateur de la santé économique d’un pays. Cela sera confirmé lundiDe plus, ces marchés boursiers ne dépendent plus des résultats d’exploitation. Ils se concentrent désormais entièrement sur les baisses de taux d’intérêt que la FED devrait annoncer sous peu. La question reste de savoir pourquoi la banque centrale américaine devrait baisser les taux d’intérêt à un moment où les marchés boursiers sont à des niveaux record, que le taux de chômage aux États-Unis est au plus bas et que l’économie va très bien, selon Trump.

Tags
Show More
Close
Close