Le gérant du plus grand fond de pension finlandais : « On dirait qu’il n’y a pas de président aux États-Unis »

Risto Murto, le CEO de Varma Mutual Pension Insurance, le plus grand fonds de pension de la Finlande, avec un actif de 53 milliards de dollars, a annoncé qu’il allait réduire sensiblement son exposition aux actions américaines. Il estime en effet « qu’on dirait qu’il n’y a pas de président aux États-Unis ». Cette annonce intervient alors que le président finlandais, Sauli Niinisto, se prépare aujourd’hui à rencontrer le président américain Donald Trump à la Maison-Blanche. Dans une interview donnée à Bloomberg mercredi dernier, Murto a expliqué que la réaction de Trump lors des incidents violents de Charlottesville a démontré qu’il est incapable de gouverner les États-Unis, et que ce pays est plus ou moins géré « en pilotage automatique » :

« On dirait qu’il n’y a pas de président aux États-Unis. Si j’examine le pouvoir moral et pratique, il n’y a plus de président traditionnel »

Trump ne peut plus compter sur le Congrès

Murto s’inquiète en particulier de l’incapacité manifeste du président à s’entendre avec le congrès, compte tenu des implications mondiales des décisions prises à Washington. Il estime que la crise financière a démontré qu’un problème aux États-Unis fait courir le risque d’une propagation dans le reste du monde.D’après lui, le fait que Trump ne peut pas compter sur le congrès remet en cause la mise en œuvre des grandes mesures de son programme économique, notamment les réductions d’impôt et les dépenses d’infrastructures qui ont été promises, et qui ont contribué à propulser la cote des actions américaines à des niveaux record depuis l’investiture du président américain.En conséquence, le fonds de pension géré par Murto, Varma, a réduit de 5 % la pondération en actions américaines au cours du second trimestre, et il vient encore d’alléger sensiblement ce portefeuille. La vente de ces actions a également permis d’encaisser de confortables plus-values liées à la forte hausse des cours. Les liquidités récupérées en contrepartie permettront de saisir toute opportunité qui pourrait se présenter.Ainsi, Murto rejoint Jeffrey Gundlach, T Rowe Price, Ray Dalio, ainsi que d’autres investisseurs célèbres qui ont mis en garde contre une possible correction boursière dans les prochains mois.

Protectionnisme

Cependant, Murto pointe tout de même un avantage à l’incapacité de Trump de mettre en œuvre son programme économique :

« La bonne nouvelle pour des nations très dépendantes du commerce, comme la Finlande, c’est qu’un programme de Trump à l’arrêt signifie qu’il ne parviendrait pas à atteindre ses objectifs protectionnistes ».

Show More
Close
Close