Politique

Trump déclare l’état d’urgence nationale pour construire un mur. Il n’a pas d’autre choix

Le président américain Donald Trump  signera vendredi un budget fédéral qui empêche une nouvelle fermeture des services gouvernementaux. Mais il n’y a pas assez d’argent pour la construction du mur que Trump promet à sa base depuis 2015. C’est pourquoi  il déclare simultanément l’état d’urgence national pour pouvoir construire ce mur à la frontière mexicaine. De cette manière, il veut empêcher l’immigration illégale aux États-Unis.

Il n’est pas surprenant que Trump prenne une mesure extrême. Un nouveau shutdown n’était pas une option, car les sondages (-5 %) ont montré à la fin du mois de janvier qu’une majorité d’Américains l’avaient rendu responsable de ce « shutdown ».

Trump, prisonnier de sa base et de son mur

D’autre part, Trump n’avait d’autre choix pour ne pas devenir politiquement négligeable dans son propre pays. Trump est devenu le prisonnier de sa base et de son mur. N’importe quelle autre chose inférieure à un mur aurait annoncé son suicide politique.

Trump a consacré plus de 17 minutes à la question des frontières lors de son dernier « State of the Union ». Ces derniers jours, il a envoyé tweet après tweet dans lesquels l’expression « crise à la frontière » était répétée à maintes reprises.

Le budget compte 1.786 pages … mais le mot « mur » n’y figure pas

En déclarant l’état d’urgence national maintenant, Trump met le Congrès à l’écart. Puisqu’il n’a pas l’argent nécessaire pour construire une partie de son mur, un tel état d’urgence national lui donne l’occasion de trouver l’argent nécessaire ailleurs. Dans les fonds d’urgence réservés aux catastrophes naturelles, par exemple. De plus, le nouveau budget de 1 768 pages ne mentionne pas le mot «mur» une seule fois. Les termes « clôtures » et « barrières » sont les termes sur lesquels un accord a été conclu.

Trump ouvre maintenant la boîte de Pandore politique

Pourtant, Trump ouvre maintenant une boîte de Pandore politique. Premièrement, le Congrès peut contester cet état d’urgence national par la voie judiciaire. Les tribunaux devront alors décider si Trump a outrepassé ou non ses pouvoirs. Même s’il y a de fortes chances que Trump remporte sa bataille devant la Cour suprême. Neil Gorsuch et Brett Kavanaugh, les deux juges de la Cour suprême de Trump, ont toujours soutenu une extension du pouvoir présidentiel.

Mais une deuxième raison est beaucoup plus importante. En contournant le Congrès, Trump crée un précédent et ouvre la voie à un autre président démocrate pour déclarer l’état d’urgence national le jour de son investiture. Par exemple, interdire la violence par armes à feu dans le pays et la vente d’armes à feu. [Il y a exactement un an jeudi, 17 jeunes et enseignants ont été tués dans une fusillade dans une école de Floride]. Un autre problème urgent, selon la gauche politique américaine, est celui du changement climatique. Ou la pauvreté. Ou l’inégalité des revenus. Là aussi, un président Warren ou Sanders pourrait déclarer l’état d’urgence national.

Quels budgets déjà approuvés par le Congrès devraient être coupés pour le mur de Trump ?

Trump marche sur des oeufs. Il doit maintenant également décider quelle partie des budgets déjà approuvés par le Congrès doit maintenant être réduite pour la construction de son mur. On pense aux fonds réservés aux catastrophes naturelles ou à la construction de digues et de barrages qui doivent aider à prévenir de telles catastrophes naturelles.

Pour Trump, par conséquent, il n’y avait guère d’autre moyen ces derniers jours que de donner une image apocalyptique de la situation à la frontière. Que cette image soit au moins aussi effrayante dans la perception des électeurs que les images qui ont fait le tour du monde l’année dernière lorsque la Californie était en feu, ou lorsque Mexico Beach, une ville de Floride, a été détruite par un ouragan.

Bonus

L’aile droite du parti républicain n’est nullement satisfaite de la déclaration de «l’état d’urgence national». En signant le budget , Trump aurait capitulé devant les démocrates. Il va maintenant devoir déclarer devant les tribunaux que « le budget qu’il a signé est illégal», car ce budget lui interdit de dépenser plus de 1,7 milliard de dollars pour la construction d’un mur. « Bonne chance avec ça! »,  Déclare Ann Coulter (2,1 millions d’adeptes sur Twitter) sur Instagram.

En 2014, Trump avait reproché à Obama de contourner le Congrès pour son propre bénéfice.

Tags
Show More
Close
Close