Economie

Sur le plan économique, le Moyen-Orient et l’Amérique latine se portent tout aussi mal. Avec une différence …

Quatre années de bas prix du pétrole brut ont lourdement frappé les exportateurs de pétrole du Moyen-Orient. Cela a exacerbé le malaise régnant dans la région depuis 2011. Cette année-là, les manifestations du Printemps arabe ont balayé le Moyen-Orient. Ces événements ont conduit au renversement des régimes et à la destruction des économies. Les pays riches en pétrole du golfe Persique ont en grande partie échappé au pire. Toutefois, ils n’ont pas pris de risque et ont dépensé beaucoup pour éviter les troubles, écrit Alaa Shahine, correspondant pour le Moyen-Orient à l’agence de presse Bloomberg.

Depuis 2011, le Fonds monétaire international classe le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (ainsi que l’Amérique latine) comme le segment le moins performant de l’économie mondiale. Selon les prévisions du FMI, la région détiendra ce titre au cours des prochaines années.

Réformes

Que leurs pays soient riches ou pauvres, les dirigeants de la région Mena (acronyme pour Middle East and North Africa) sont confrontés à des problèmes similaires. Il existe un taux de chômage élevé chez les jeunes, une dépendance croissante à l’endettement et des déficits publics croissants. Les solutions à long terme sont difficiles à appliquer. En effet, chaque étape douloureuse de la réforme risque de provoquer le mécontentement.

Les dirigeants régionaux peuvent observer les pires scénarios en Syrie, en Libye et au Yémen. Dans ces pays, l’instabilité a conduit à la guerre civile. En outre, les gouvernements arabes, principalement ceux du Golfe, manquent de bureaucrates qualifiés capables de mener à bien les réformes techniques.

Afin de résoudre ces problèmes, de nombreux pays de la région recherchent une aide étrangère. Dans les pays les plus pauvres, le Fonds monétaire international (FMI) est actif depuis le Printemps arabe. Le FMI a prêté de l’argent à l’Égypte, à l’Iraq, à la Jordanie, au Maroc et à la Tunisie.

« Mais les dirigeants arabes ont peu de temps », explique Samir Radwan, économiste et ancien ministre des Finances égyptien. « Ils sont confrontés à des populations jeunes, qui exigent des changements rapides. Il n’y a pas de confiance. « 

Même les pays les plus riches de la région se battent pour faire avancer leurs projets. « En Arabie saoudite, l’argent du pétrole est suffisant pour que les prêts du FMI ne soient plus nécessaires. Mais alors que les manifestations sont interdites, les dirigeants saoudiens restent vigilants face à la menace de représailles publiques ».

Le prince héritier Mohammed Bin Salman, architecte de propositions de réforme ambitieuses, a introduit de nouvelles taxes et des réductions de subventions au début de l’année dernière. Cependant, il a fait face à des critiques sur les médias sociaux. En fin de compte, il est revenu à ses anciennes méthodes consistant à promettre des milliards de dollars de dons pour compenser le fait que la population se serre la ceinture.

Dettes

Depuis le krach pétrolier, même les gouvernements riches des pays arabes du Golfe enregistrent des déficits budgétaires importants. Ils n’empruntent peut-être pas auprès du FMI, mais ils ont de plus en plus recours aux marchés obligataires mondiaux pour combler l’écart.

Dans l’ensemble, les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord ont accumulé leur dette extérieure plus rapidement que leurs homologues des marchés émergents depuis 2014.

Les pays aux finances publiques fragiles sont particulièrement concernés. Bahreïn, le seul pays de la région confrontés à de fortes manifestations lors du Printemps arabe, est au bord d’une crise de la dette depuis l’année dernière. Le pays a dû se tourner vers les Saoudiens, qui ont orchestré un plan de sauvetage de 10 milliards de dollars. La guerre en Syrie a dévasté les économies voisines de Jordanie et du Liban, deux des pays arabes les plus endettés.

Selon Shahine, le Moyen-Orient, à l’exception des situations de guerre, partage beaucoup de ces défis avec l’Amérique latine ». « Mais il y a une différence cruciale. Dans la plupart des pays latins, lorsque le public n’est pas satisfait de l’économie, il peut élire un nouveau gouvernement. Cela a été le cas ces dernières années dans les trois plus grandes économies de la région – le Brésil, l’Argentine et le Mexique. « 

Cependant, dans le monde arabe, largement gouverné par des princes et des dirigeants militaires absolus, les véritables élections sont rares. Les manifestations, parfois très violentes, ont été le principal moyen pour rechercher un changement. Jusqu’à présent, cependant, peu de signes ont montré que les dirigeants du Moyen-Orient avaient accepté ces plaintes.

Tags
Show More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close