Non classifié(e)

Supermarchés : la caissière cède sa place à la caméra

Les supermarchés recherchent en masse une technologie leur permettant d’automatiser leurs ventes. De cette manière, les caissiers deviendraient en grande partie inutiles. Les détaillants espèrent ainsi que cette technologie leur permettra de faire face à la menace grandissante que le géant du commerce électronique Amazon fait peser sur le secteur, écrit Parmy Olson, spécialiste en technologie du Wall Street Journal (WSJ).

Cette technologie offre un double avantage. En premier lieu, le client peut compter sur un processus de facturation plus rapide. D’autre part, les magasins eux-mêmes ont la possibilité de réduire leurs coûts.

Réduction des coûts

Tesco est l’un des nombreux détaillants qui testent les supermarchés sans caisses avec des caméras qui permettent de suivre ce que les acheteurs choisissent. Les clients paient simplement en franchissant la porte du magasin. Les détaillants espèrent que la technologie leur permettra d’économiser des coûts et d’alléger les files d’attente à la caisse. Tesco prévoit de présenter son magasin automatisé au public l’année prochaine.

Le détaillant britannique utilise la technologie de la start-up israélienne Trigo Vision. Cette technologie repose sur un réseau de cent cinquante caméras installées sur le plafond afin de générer une vue tridimensionnelle des produits retirés des étagères.

La technologie israélienne a également réussi à identifier un groupe de produits pris par un client et à calculer le prix total en fonction de cette image, explique Olson. Tesco envisage d’identifier les clients au moyen d’une application ou d’une carte de fidélité lorsqu’ils entrent dans le magasin. Les achats sont ensuite facturés lorsqu’ils quittent le magasin.

« Auparavant, il était difficile de vendre une technologie de reconnaissance des produits aux détaillants », a déclaré Vasco Portugal, cofondateur de Sensei Tech. « Cela ressemblait à une technologie folle et magique. »

Toutefois, cela a changé lorsqu’Amazon a introduit Amazon Go, son supermarché automatisé.

Tesco a expliqué aux investisseurs que sa méthode coûtait un dixième des systèmes utilisés par ses concurrents, en partie parce qu’elle utilisait uniquement des caméras. Amazon Go fonctionne avec une combinaison de caméras et de capteurs pour suivre les choix des acheteurs. La chaîne française Carrefour teste également l’introduction d’un système similaire, à l’instar du groupe de distribution israélien Shufersal.

« La notion de file d’attente va complètement disparaître », a déclaré un porte-parole de Shufersal, la plus grande chaîne de supermarchés d’Israël.

Défis

Vasco Portugal met en garde contre le fait que l’introduction de cette technologie peut faire en sorte que les détaillants se retrouvent face à plusieurs défis. Les consommateurs peuvent ne pas accepter que leurs mouvements soient suivis. Par ailleurs, la technologie de reconnaissance des images représente également un coût d’exploitation important. Elle nécessite en outre d’énormes ressources informatiques.

Toutefois, selon Vasco Portugal, le coût de la puissance de calcul est en baisse, rendant les systèmes de suivi des produits plus commercialement viables.

Olson fait remarquer que ces développements sont également suivis de près par les grandes chaînes américaines. Selon Bruno Monteyne, analyste chez Bernstein Research, les détaillants américains ont généralement mis plus de temps à adopter les nouvelles technologies que leurs homologues d’outre-Atlantique, car le marché américain est moins compétitif.

Les détaillants américains s’inquiètent également d’une possible exclusion des consommateurs à faible revenu. Ce groupe d’acheteurs paie encore souvent en espèces. Plusieurs villes américaines souhaitent interdire les magasins sans caisse. En outre, les détaillants américains exploitent également de nombreux grands magasins, où le suivi de milliers de produits toute la journée serait très cher.

Walmart effectue actuellement plusieurs tests avec cette technologie. Toutefois, la société affirme que l’application n’est actuellement utilisée que pour effectuer des inventaires. Kroger développerait également un système permettant aux clients de numériser leurs achats. Le paiement final se ferait en scannant un code-barres à la sortie du magasin.

Tags
Show More
Close
Close