Economie

Situation alarmante: 124 millions de personnes sont menacées par la famine dans le monde

En 2017, les crisesalimentaires, les conflits prolongés et les chocs climatiques ontprovoqué une hausse de l’insécurité alimentaire dans le monde.Actuellement 124 millions de personnes, réparties dans 50 pays, fontface à un grave problème d’insécurité alimentaire ou à desmauvaises conditions d’alimentation.  

La population mondialemenacée par la famine a augmenté de 11% par rapport à l’annéeprécédente, indique un rapport du Réseau d’information sur lasécurité alimentaire (Food Security Information Network). Selon le rapport, lagravité du problème est encore plus évidente lorsque l’onconsidère le fait que dans 45 pays, 11 millions de personnes sontconfrontées à une menace aiguë d’insécurité alimentaire depuisdeux années consécutives.

Conflits

« La situation estparticulièrement alarmante », explique Arif Husain, économisteen chef du Programme alimentaire mondial et responsable du serviced’analyse de sécurité alimentaire. « Si vous observez lapériode entre 2017 et 2018, vous constaterez qu’aucun des grandsconflits s n’a pu être résolu. Il est donc assez logique que les chiffres augmentent ». Les chercheurs ontdécouvert qu’au sein de 18 pays comprenant le Yémen, la Républiquedémocratique du Congo et le Soudan du Sud, 74 millions de personnesen situation d’insécurité alimentaire ont dû subir une période de nouveaux conflits ou ont vu l’intensité de ceux-ci augmenter.

« La sécheressepersistante en Afrique orientale et australe et d’autres phénomènesclimatiques tels que les ouragans dans les Caraïbes ont égalementperpétué l’insécurité alimentaire de personnes dans 23 pays »,indique le rapport. Il s’agit en outre de pays qui dépendentfortement des importations de produits alimentaires. Un tiers des pires crisesalimentaires de 2017 ont été recensées dans le nord-est duNigeria, en Somalie, au Yémen et au Soudan du Sud où 32 millions depersonnes ont besoin d’une aide urgente,soit une hausse de 16% par rapport à un an auparavant.

Le rapport indique encoreque la famine a représenté une menace persistante pour environ 20millions de personnes.

Yémen

D’ici la fin de cetteannée, les conflits devraient continuer à influencer les crisesalimentaires en Afghanistan, en République centrafricaine, enRépublique démocratique du Congo, au nord-est du Nigeria, dans larégion tchadienne, au Soudan du Sud, en Syrie, en Libye, au Mali etau Yémen.

Au Yémen, 17 millions depersonnes, plus de la moitié de la population, sont en situation defamine. L’accès restreint aux organisations d’aide, la volatilitééconomique du pays et l’apparition de maladies devraient aggravercette situation, indique encore le rapport. En Afrique du Sud, uneamélioration partielle est attendue, en raison d’une production plusimportante des céréales et d’une baisse des prix des denréesalimentaires.

Cependant, le rapport noteque les populations vulnérables auront besoin d’aide pour renforcerleur résistance aux futurs chocs climatiques, afin qu’unerécupération plus rapide soit possible. « Aucune améliorationsignificative de la sécurité alimentaire mondiale ne peut êtreatteinte tant que la paix et lesmoyens de subsistance n’auront pas été rétablis », ajoute lerapport.

Show More

Express devient Business AM

Close
Close