Economie

« Regardez un peu plus loin que les gros titres » : l’économie américaine est moins saine qu’il n’y paraît

De plus en plus d’économistes s’interrogent sur les chiffres publiés par le US Bureau of Statistics sur l’économie. La semaine dernière, il avait été annoncé que les États-Unis avaient créé 220 000 emplois supplémentaires en juin, soit plus que les 167 000 prévus par les analystes.

Mais selon le professeur d’anglais David Blanchflower, ancien membre du conseil d’administration de la banque centrale britannique, la méthode de calcul des taux de chômage pose effectivement problème. Il s’interroge sur la façon dont les personnes qui travaillent moins d’heures qu’elles ne le voudraient, celles qui ont deux ou trois emplois chez différents employeurs et celles qui sont actives dans la sous-économie, sont incluses dans les chiffres. Selon Blanchflower, les États-Unis sont même loin d’atteindre le « plein emploi ». Il estime que le taux de chômage pourrait encore baisser, passant de 3,7 % aujourd’hui à environ 2,5 %.

Le « Recession probability index » n’a jamais été aussi élevé depuis 2007

Malgré cela, les États-Unis semblent se diriger vers une récession aux troisième ou quatrième trimestres de 2019, affirme Danielle DiMartino Booth, commentatrice renommée sur les chaînes financières américaines, qui a elle-même travaillé comme consultante pour la Réserve fédérale de Dallas pendant neuf ans. Elle fait référence au « recession probability index » (‘indice de probabilité de récession’) de la Réserve fédérale de New York (voir le graphique ci-dessous). Celui-ci estime maintenant la probabilité d’une récession à 33 %, le score le plus élevé en 12 ans.

Selon DiMartino Booth, il est sage de regarder au-delà des gros titres de temps en temps et de jeter un coup d’œil sous le capot de la voiture. « La voiture semble bien rouler, mais la transmission va bientôt lâcher. » Elle mentionne quelques chiffres :

  • La croissance du salaire hebdomadaire moyen est passée de 4 % en janvier à 2,7 % en juin.
  • 301 000 Américains – c’est plus que le nombre d’emplois créés – ont occupé un deuxième ou un troisième emploi en juin pour joindre les deux bouts.
  • La semaine de travail moyenne a diminué en nombre d’heures travaillées.
  • Le nombre de licenciements a augmenté sans interruption au cours des 11 derniers mois.

Le transport domestique de marchandises est en baisse depuis six mois consécutifs

« Nous ne pouvons pas nous déconnecter du reste du monde et ce monde est en voie de récession depuis un certain temps et il semble que cela s’applique également à nous. Il y a douze ans, lorsque cet indice était aussi élevé, nous étions à quelques mois d’une récession. Et il y a un autre indicateur: nous sommes une nation Amazon. Nous sommes ce que nous achetons en ligne. Le transport de fret est en baisse depuis six mois consécutifs. »

Selon DiMartino Booth, la vigueur de l’économie américaine a été surestimée ces derniers mois car l’impact des réductions d’impôts a été faussé. « L’économie n’avait pas besoin de cet important stimulant fiscal à l’époque, mais soudain, il était là. La croissance a augmenté, ce qui nous rendait ivres de gloire. Mais la gueule de bois arrive. C’est là où nous en sommes aujourd’hui. »

Par ailleurs, la femme d’affaires pense que le seul moyen d’éviter une récession est un cessez-le-feu total dans la guerre commerciale américano-chinoise. Ou un plan d’investissement soutenu par les deux familles politiques pour s’attaquer aux infrastructures américaines. Mais elle estime que les chances que cela se produise sont très faibles.

Tags
Show More
Close
Close