Chez Ryanair, un sou est un sou: les conditions de travail « payantes » du personnel de bord

Rien ne va plus chez Ryanair. Des dizaines de milliers de vols seront annulés entre octobre 2017 et mars 2018, et près de 790.000 passagers en seront affectés. La compagnie aérienne est attaquée de toutes parts par les médias et les clients mécontents. Mais aussi en interne, où la contestation gronde et les langues se délient. Au niveau salarial, les pilotes Ryanair ne sont pas les plus à plaindre: selon les informations de la DH et de la RTBF, un commandant de bord gagne entre 5.000 et 7.000 euros par mois, selon son ancienneté. C’est beaucoup moins que ce que gagnent leurs confrères chez British Airways (7.000 à 12.000 euros par mois), mais plus que ceux qui travaillent pour Brussels Airlines (entre 2.000 et 3.000 euros par mois), par exemple. Le salaire des copilotes de Ryanair oscille entre 2.500 et 3.500 euros par mois. Là aussi, c’est (légèrement) mieux que chez Brussels Airlines (entre 2.000 et 3.000 euros) et moins bien que chez British Airways (entre 3.000 et 4.000 euros par mois).

Des conditions de travail très difficiles

Mais les conditions de travail sont très difficiles. La plupart des pilotes et copilotes sont indépendants et sont soumis à des cadences de travail infernales (par exemple 12heures de vol par jour). Ils doivent renoncer à leurs congés payés du fait de leur statut d’indépendant. Ils n’ont pas de sécurité sociale et s’ils veulent être couverts en cas de maladie, ils doivent souscrire leur propre assurance.

Autres inconvénients: il faut payer son uniforme (contrairement aux autres compagnies), acheter soi-même de la nourriture ou à boire à bord (comme un simple passager), et même le parking est à leur charger quand ils viennent déposer leur voiture à l’aéroport pour aller travailler.

Pire pour les hôtesses

Les hôtesses de l’air auraient encore plus de raisons de se plaindre que les pilotes. Et pas seulement car elles doivent prendre elles-mêmes en charge leur formation, estimée à entre 2.000 et 3.000 euros, pour devenir hôtesse de l’air. Pour elles n’ont plus, pas de congés payés ou d’indemnités en cas de congés maladie. Elles ne sont payées qu’à la prestation et la DH estime leur salaire à entre 1.000 et 1.500 euros par mois.  Pour l’instant, seuls les pilotes semblent vouloir se confronter à Ryanair. Mais les hôtesses de l’air semblent également avoir de bonnes raisons de se joindre à la contestation.

Show More
Close
Close