7 réflexions intelligentes au sujet de la victoire de Donald Trump

1. Le 9 novembre 1989, s’effondrait le Mur de Berlin et avec lui l’oppression totalitaire communiste. Ce 9 novembre 2016 marque la chute d’un nouveau mur, mis à bas par une même colère populaire avide de liberté. Ce mur est celui de la Cité interdite de Washington qui abrite dans l’entre-soi les élites mondialistes et populicides. Jusqu’à la dernière minute, cet univers clos et moralisateur a serré les rangs en rameutant les médias, le show-biz, la finance, sans oublier les donneurs de leçons de « respect de l’Autre » injurieux devant le peuple « pitoyable » (Hillary Clinton).

C’est cette force de frappe impressionnante, qui a ses clones en Europe, qui a été vaincue par une expression démocratique que Trump a su réveiller et mobiliser.

Ceux qui s’attardent encore ce matin sur les nombreux défauts du futur président des Etats-Unis seraient bien inspirés de comprendre les ressorts de son élection, qui balaie toutes les diabolisations : elle est portée par des citoyens silencieux qui n’en peuvent plus d’étouffer sous la chape de plomb du politiquement correct, consolidé par huit ans de présidence Obama. (Yvan Rouffiol – Le Figaro )


2. «[…] Peu de manuels politiques décrivent la façon dont la méfiance et la colère peuvent emporter des électeurs. Les USA se trouvent à la fin d’un cycle politique et les politiciens doivent avoir le courage de remodeler la politique sur une nouvelle base.

Le système à deux partis est complètement usé : les républicains consistent de plus en plus un ramassis de toutes sortes de mouvements d’extrême droite éloignés du conservatisme traditionnel. Le Parti démocrate est dominé par quelques dynasties majeures qui entravent son renouvellement « . ( Jean Vanempten – De Tijd )


3. «Au cours des dernières décennies, l’économie américaine a subi un profond changement. Ce changement a les riches Américaines à devenir encore plus riches. Mais il a également contribué à augmenter les inégalités des revenus et le déclin de la classe moyenne.

Ce faisant, il a alimenté une colère populiste qui se fait sentir dans l’ensemble du spectre politique, et il a ralenti la croissance de l’économie dans son ensemble. […]Ces pratiques ont peut-être contribué à faire monter les cours des actions, au moins pour le moment. Mais elles ne sont pas des lois capitalistes à proprement parler. Ce sont des choix. Et ce sont des choix que nous devrions reconsidérer si nous voulons restaurer un sens de l’équité et de l’opportunité en Amérique pour revitaliser notre économie ». ( Henry Blodget – Business Insider )


4. « La vérité est si dévaluée que ce qui était autrefois l’étalon d’or du débat politique est devenu une monnaie sans valeur. […]

Comment sommes-nous arrivés à ce changement massif dans la conscience altérée, tel que prédit par George Orwell dans le livre 1984 ? […] Trump n’est pas le générateur de ce désir fanatique de fuir la réalité. Il en est la manifestation.Comment pouvons-nous commencer à inverser c e processus, comment des générations qui ont grandi avec Internet et qui ont été gâtées par Internet pourront-elles apprendre à vénérer les faits prouvés sur les mensonges qui renforcent la vérité qu’ils ont choisie ? Je n’en ai aucune idée ». ( Matthew Norman – The Independent )


5. « On a beau détester le personnage et ses idées nauséabondes, il faut reconnaître le talent de l’artiste. Il a gagné seul. Sans aucun appui. Même pas celui de son parti. Seul contre tous, contre les Démocrates, contre les leaders de son parti, contre Obama, contre les élites, contre Wall Street, contre la Silicon Valley, contre l’Europe et même contre Jay Z et Beyoncé. Il est tellement seul qu’on se demande même avec qui il va gouverner. »  (Marc Fiorentino – MonFinancier.com )


6. «Nous avions tous tort. Ça semble évident, non? Mais c’était bien pire que ça. Nous étions ridiculement ignorants. L’ensemble du complexe médiatique et politique de Washington était complètement à côté de la plaque. Pas de quelques centimètres ou de quelques mètres, mais d de plusieurs kilomètres.

Pendant un an et demi, nous avons ri de ceux qui disaient que les sondages étaient faux. L’industrie du sondage est en miettes. Nos oreilles étaient entraînées pour écouter les pronostiqueurs et les experts, mais ils avaient tous tort, aussi. Maintenant, nous aurons tout le temps de disséquer tout cela. Le sujet de la plaisanterie, c’est nous ».  (Ryan Heath – Politico )


7. « Trump est un produit typique de la culture américaine. Brutal, insultant, mais aussi qui ose dire ce qu’il pense et qui appelle régulièrement un chat un chat. C’est répréhensible, mais compréhensible, pour les millions d’Américains ordinaires qui paient un lourd tribut à l’influence nocive excessive des gangsters-banquiers de Wall Street et leurs protecteurs hauts-placés de Washington. Trump a frappé l’establishment avec précision.

Ironie du sort, la fille des Clinton a épousé un banquier d’investissement. Mais il est aussi remarquable que Clinton, en dépit du fait qu’elle ait bénéficié d’un budget de campagne beaucoup plus important et du soutien de l’ensemble de l’establishment, a perdu de façon si éclatante ».  (Eddy Daniels & Rudi Dierick – De Bron )

Show More
Close
Close