Que ce sont les grosses entreprises qui créent beaucoup d’emplois est un mythe

La plus grande conséquence accidentelle de l' »Ubérisation » des Etats-Unis est la notion que les grandes sociétés commerciales créent des emplois, dit Michael Hiltzik, du Los Angeles Times.

Durant une grande partie du 20e siècle, les sociétés américaines avec les plus fortes capitalisations étaient aussi les plus grands employeurs, offrant des carrières stables et des opportunités d’avancement à des milliers de travailleurs. En 1962, la plus grande firme, en termes de capitaux, était AT&T, avec 564.000 employés. En 2012, c’était Apple, avec 76.000 travailleurs.

Mais aujourd’hui, seuls les détaillants et les chaines du secteur alimentaire emploient une importante main d’œuvre, mais il s’agit d’une armée d’employés à mi-temps aux salaires misérables.

Nous sommes en présence d‘un changement agressif dans la nature des conditions d’emploi, qui nous fera passer du concept de « carrière » à celui « d’emploi », puis seulement de « tâche », dans une tentative d’augmentation maximale des bénéfices des actionnaires. Le développement de la « gig économie » (économie du travail temporaire) est en pleine accélération. Les sociétés peuvent maintenant s’inspirer d’Uber et « recruter des travailleurs uniquement au moment où elles en ont besoin ». Comme l’a récemment fait remarquer un professeur d’économie, « augmenter les bénéfices des actionnaires et créer de bons emplois » sont devenus deux choses « complètement incompatibles ».

Cependant, les politiciens considèrent encore que les grosses sociétés « seront le principal fournisseur », non seulement des bons salaires, mais aussi pour les avantages sociaux à long terme comme les assurances de santé et les pensions. Notre politique économique serait « bien meilleure » si nous reconnaissions que ce n’est absolument plus vrai.

Show More

Express devient Business AM

Close
Close