Politique

Le PS et la N-VA jouent à un implacable poker, et les cartes de Di Rupo sont bien pires qu’il n’y parait

Au niveau fédéral, tout reste bloqué. Bart De Wever (N-VA) gèle les négociations flamandes pour forcer quelque chose au gouvernement fédéral. Elio Di Rupo (PS) se concentre sur la Wallonie et ne s’intéresse à aucune conversation avec la N-VA. Mais le président du PS joue avec le feu en ne construisant pas de ponts vers le centre. Parce que la N-VA veut vraiment revenir à un gouvernement fédéral.

Une partie de poker entre les grands garçons se déroule actuellement à la rue de la Loi. Rien de nouveau sous le soleil, à peu près toutes les formations gouvernementales passent par une telle phase. Ceux qui paniquent déjà en ce début du mois de juillet manquent de connaissances historiques sur le fonctionnement du gouvernement fédéral.

Une question beaucoup plus intéressante est de savoir qui a le dessus dans le jeu de poker actuel : le PS d’Elio Di Rupo et son chaperon Paul Magnette, ou la N-VA de Bart De Wever ?

La formation du gouvernement flamand gelée

Bart De Wever
Bart De Wever (N-VA) – Epa

Hier, De Wever a fait le premier pas : pas de gouvernement flamand sans certitude sur un gouvernement fédéral. Et pas de gouvernement fédéral sans majorité flamande (lire : sans la N-VA). Immédiatement, De Wever met le couteau sur la gorge d’Open Vld et de CD & V : il ne se passera rien ici sans moi. Avec le gouvernement flamand comme monnaie d’échange, la N-VA indique également qu’elle est très heureuse d’être à nouveau présente au niveau fédéral et qu’elle est prête à y consacrer beaucoup d’argent.

Mais soyons réalistes : si vous menacez les autres partis flamands, vous ne remporterez pas encore la partie de poker avec le PS. Ils ne seront pas immédiatement impressionnés par une telle menace : ce n’est pas un blocage au niveau de la Flandre qui risque de les déranger.

Au contraire : en Belgique francophone, on s’amuse de cette impasse flamande. « C’est un peu étrange, la N-VA veut normalement toujours montrer que les régions travaillent de manière autonome, et que le fédéral ne fonctionne pas. Et maintenant, la Flandre n’a pas de gouvernement et pas de négociations, alors que Bruxelles et la Wallonie pourraient bientôt montrer qu’elles peuvent aller de l’avant », a déclaré Véronique Lamquin du Soir hier dans Terzake.

Cette dernière semble pour le moins volontariste. La réalité est que le PS wallon est plus loin de la formation d’un gouvernement stable que la N-VA flamande. Le week-end dernier, De Wever a réduit ses options à trois partis, qui constituent également le noyau de presque toutes les solutions fédérales : Open Vld, CD & V et / ou sp.a. Un texte a été discuté en profondeur avec chacun des présidents et personne n’a démissionné. Le dossier est en mode pause, mais peut être relancé à tout moment.

La situation en Wallonie

Elio Di Rupo (PS)
EPA

En Wallonie, cela semble beaucoup plus complexe. Le PS s’en tient à son obstination à l’égard d’un gouvernement minoritaire avec Ecolo. Ensemble, ils leur manque trois sièges. Toute conversation avec le MR est refusée. Le PS et Ecolo espèrent pouvoir soustraire ces trois sièges aux députés du CDH, ou pourquoi pas au PTB ou au MR. Plusieurs personnes d’autres groupes ont déjà reçu une invitation personnelle. Mais c’est de la pure fiction politique, et les couleurs rouge et verte n’atteindront jamais une majorité réalisable.

Au contraire. Une avalanche d’accords avec le centre ne peut cacher le fait que l’ensemble de la construction n’est pas réalisable. Mais au sein du PS, la pression exercée par les mutalités socialistes et certainement par le syndicat de la FGTB, dont de plus en plus de membres s’affilient au PTB, est particulièrement forte pour continuer à persister dans la voie d’un gouvernement de gauche. Ce qui est frappant à cet égard, c’est que la bataille au sein du parti n’est peut-être pas tant entre Di Rupo et Magnette, mais entre ce sommet affaibli et les supporters, les piliers et les baronnies du PS.

Car toute cette expérience minoritaire wallonne va à l’encontre de la logique mathématique. Et surtout contre la logique fédérale : elle affaiblit la position du PS. Parce que dans toute expérience fédérale, le PS a besoin des libéraux du MR : sinon, Di Rupo et Magnette ne remporteront jamais la majorité à la Chambre. Le sommet du PS le sait aussi.

Mais le parti ne semble pas mûr pour un rapprochement avec le MR, mais un parti de centre-droit prudent, encore très éloigné de la droite et de la N-VA flamande. Ici et là, on murmure que le PS veut essayer avec Ecolo pendant sept semaines avant de renoncer à cette expérience de gauche.

Qui a l’avantage ?

Paul Magnette PS
epa

Il n’est donc pas si absurde dedire que le PS a actuellement des cartes plus mauvaises que celles de la N-VA. Cependant, au poker, il n’y a pas que les cartes que l’on a en mains qui sont décisives, il y a aussi le bluff. La grande différence avec la Flandre, c’est qu’en Wallonie, une formation est active, que Di Rupo & co sont « au travail », qu’ils font « des progrès ». La presse francophone semble aussi être d’accord avec ce jeu, et cela renforce le PS.

De plus, ils ont l’atout de Bruxelles. Le jeu y a déjà été joué et gagné par les socialistes francophones. PS, Ecolo et DéFI, ainsi que Groen, Sp.a et Open Vld forment un gouvernement. Après une semaine de théâtre, les libéraux flamands ont abandonné leur résistance pro forma aux négociations sans le MR. La vérité est que le MR est dénué de tout pilotage à Bruxelles, que même le sommet du MR en Wallonie ne semble pas insister sur une place pour le MR dans le gouvernement bruxellois.  Et bien sûr, les liens entre l’Open Vld à Bruxelles et le PS sont excellents. Il n’en fallait pas moins pour rendre les clés à Rudi Vervoort (PS).

La formation de ce gouvernement bruxellois donne une autre carte à jouer au PS : on peut exploiter l’argument selon lequel le blocage ne s’applique pas à tous les Etats fédéraux. Le temps semble donc être du côté du PS, grâce à Bruxelles et au bluff du poker en Wallonie.

N-VA joue cartes sur table

Bart De Wever (N-VA)
EPA

La N-VA s’y oppose, avec une confession claire depuis hier : elle veut absolument le fédéralisme au gouvernement. Un scénario dans lequel De Wever et ses collaborateurs transforment le gouvernement flamand en une « forteresse flamande » qui mènerait le niveau fédéral à sa fin est loin d’être gagné. De même, toutes les demandes concernant le « confédéralisme » doivent être considérées avec un grain de sel : la première exigence de la N-VA à l’heure actuelle semble être, avant tout, l’accès au cockpit fédéral, c’est-à-dire l’accès au pouvoir, plutôt que la fin du pays.

En outre, la N-VA sait également que le choix est toujours binaire : soit réformer en termes socio-économiques, soit procéder à une réforme de l’Etat. Le PS ne semble pas être en mesure ou disposé à faire l’un ou l’autre. La pression et surtout le temps peuvent éventuellement changer cela, comme décrit ci-dessus. Mais contrairement à ce qui se passe en Belgique francophone, la presse et les leaders d’opinion flamands s’attaqueront impitoyablement à l’absence de progrès réels : De Wever n’a pas mis en place de stratégie pour rester « à l’ouvrage ». Donc, le temps n’est pas de son côté.

D’ailleurs, De Wever a encore un atout dans manche, même si c’est un « longshot » (une main qui a très peu de chances de s’améliorer). Car il existe bien une alternative au PS, une coalition fédérale sans les socialistes francophones. Mais pour cela, il faudra accomplir beaucoup d’efforts. Mais ce n’est pas impossible. Le MR, complété par le CDH, peut fournir des voix du côté francophone. Du côté flamand, un quatuor complet est nécessaire : N-VA, plus Open Vld, CD&V et sp.a. Et regardez : c’est précisément les partis avec lesquels De Wever s’est assis ce week-end.

Tags
Show More
Close
Close