‘Certains médicaments sont devenus impayables’

Les prix que les firmes pharmaceutiques demandent pour certains médicaments, principalement ceux destinés au traitement de maladies graves telles que le cancer ou des maladies rares – sont devenus impayables, dénonce Test-Achats. Selon l’organisation, si la tendance se poursuit, la caisse d’assurance maladie se verra contrainte de ne pas rembourser certains traitements.

« Les entreprises pharmaceutiques renvoient aux coûts élevés encourus pour la recherche et le développement. Mais elles refusent de révéler combien a réellement coûté la mise au point d’un nouveau médicament », déplore Test-Achats.

« Les dépenses des firmes pour le marketing sont plus élevées que celles consacrées à la recherche. Les marges bénéficiaires des firmes pharmaceutiques comptent parmi les plus importantes de toutes les entreprises : environ 20 % ».

Test-Achats, la Ligue des usagers des services de santé (LUSS) et les Mutualités souhaitent que les autorités prennent des mesures « afin d’enrayer la spirale infernale de l’augmentation des prix des médicaments ». Les trois organisations ont lancé une pétition en ligne.

Des prix exorbitants

Les prix élevés concernent en particulier des médicaments destinés à traiter le cancer, les maladies auto-immunes et les maladies rares.

Le prix d’un nouveau médicament pour traiter un patient atteint de cancer pendant un an peut atteindre 100.000 euros annuels. Pour les maladies rares, cela peut même aller jusqu’à 400.000 euros. Selon des données des Mutualités Libres, révélées par L’Echo, les dix molécules les plus chères onéreuses équivalaient, il y a deux ans, par an et par patient, à un coût annuel moyen de 252.000 euros. En 2014, sept molécules coûtaient 100.000 annuels par patient et pour 30 autres molécules, le coût s’élevait à  30.000 euros annuels par patient. 

Le médicament Soliris, de la firme Alexion, destiné au traitement d’une maladie rénale rare, a couté près de 9,2 millions d’euros en 2011 à la sécurité sociale pour le traitement de 25 patients.

« Ces prix élevés représentent une menace pour la viabilité de notre système de soins de santé », estiment les organisations. En 2014, l’Institut national d’assurance maladie invalidité (Inami) a dépensé près de 1,5 milliard d’euros pour des médicaments administrés en milieu hospitalier, soit 550.000 millions d’euros en plus qu’en 2005. conclut Test-Achats.

 

Show More

Express devient Business AM

Close
Close