Lifestyle

Les 3 inefficacités du marché des rencontres : pourquoi les premiers rendez-vous sont voués à l’échec

Le marché des rencontres est apparu pour la première fois dans la recherche économique en 1973, lorsque Gary Becker a proposé la première théorie du mariage.

Suite à Becker, Sarah Sharf a mené sa propre expérience de rencontre et décrit trois inefficacités spécifiques à ce marché sur Priceonomics.

Becker considérait la société comme une grande fête, avec des hommes et des femmes en tant qu’agents rationnels cherchant à optimiser la sélection de leurs partenaires. Il a conclu que les hommes choisissent des femmes ayant à peu près le même niveau de séduction, et vice-versa.

Des enquêtes ultérieures ont montré, entre autres, que les hommes attachent plus d’importance à une bonne apparence physique que les femmes. Les femmes, par contre, trouveraient l’intelligence presque deux fois plus importante que les hommes. 

Mais le vrai marché des rencontres est complètement différent des expériences contrôlées des économistes et est en réalité extrêmement inefficace, commente Sharf.

En réalité, les candidats ne choisissent pas parmi le total des célibataires d’une société, mais parmi ceux qu’ils rencontrent par hasard. Les recherches de Sharf repose donc sur une enquête auprès d’hommes en recherche de partenaires, plutôt que sur des expériences de laboratoire. Sa première observation majeure est que presque toutes les personnes qui cherchent à rencontrer un futur partenaire se obtiennent leurs premiers rendez-vous par l’intermédiaire d’un ami commun ou au travers des sites de rencontre en ligne. 

En outre, elle déduit également de ses recherches trois inefficacités intéressantes lors de ces premières rencontres :

1. Les premières rencontres sont généralement ennuyeuses

Unplash Alban Torture

La principale raison pour laquelle les personnes interrogées n’avaient pas apprécié un premier rendez-vous était l’ennui. Le problème est que les conversations d’introduction sont rarement intéressantes, surtout lorsque les deux protagonistes sont également nerveux. La stratégie dominante devient alors plutôt ennuyeuse que controversée, ce qui conduit à un équilibre sous-optimal.

2. Nous nous préparons à une déception

Unsplash Matt Popovich

Les personnes qui se rencontrent pour la première fois – et en particulier celles qui ont obtenu ce rendez-vous en ligne – ont souvent des attentes déraisonnables quant à l’attrait physique ou à certains traits de personnalité de leur partenaire. La manière dont les hommes et les femmes établissent leurs profils conduit inévitablement à des malentendus. Parce que ‘je suis un amoureux de la nature’ signifie-t-il que vous aimez marcher dans les bois ou que vous vous attendez à ce que votre partenaire vous accompagne faire un trekking dans l’Himalaya quatre fois par an ? Tout cela peut conduire à une dissonance cognitive entre perception et réalité et, par la suite, à un sentiment de mal placé de désillusion.

3. Mauvais timing

Unsplash

Il est frappant de constater que peu de personnes sur le marché des rencontres sont activement à la recherche d’une nouvelle relation. 84 % des répondants se sont décrits comme une personne « cherchant occasionnellement une rencontre » ou une personne sélective dans ses rencontres » et une majorité sont « trop occupées » pour se montrer assidu. De nombreuses premières rencontres conduisent donc à des déceptions entre les deux parties qui ont des attentes radicalement différentes.

Si vous souhaitez augmenter vos chances de réussite d’une première rencontre, cette étude offre donc trois leçons :

  • Ne pas éviter les sujets controversés
  • Ne pas avoir des attentes irréalistes.
  • Indiquez clairement dès le début l’objectif que vous souhaitez atteindre avec la rencontre.
Tags
Show More

Express devient Business AM

Close
Close