Pourquoi il est inconcevable que les Etats Unis durcissent la législation en matière de détention d’armes

Le lendemain de la tuerie de San Bernardino, le Sénat nord-américain a refusé un projet de loi qui aurait empêché les personnes figurant sur la liste des terroristes potentiels d’acheter des armes. 54 sénateurs conservateurs ont estimé qu’une telle règle pourrait empêcher d’éventuels innocents qui figureraient par erreur sur cette liste de posséder une arme.

Chaque tentative de contrôle des armes semble être vouée à l’échec, alors que le nombre de tueries augmente, observe The Economist.

Bien que 55% des Etats-Uniens pensent que les lois pourraient être plus strictes dans ce domaine, les partisans des armes, soutenus par la riche et puissante National Rifle Association (NRA) sont bien plus actifs : ils sont deux fois plus susceptibles d’aller trouver les membres du Congrès et cinq fois plus enclins à faire des dons pour les candidats qui les soutiennent. Comme beaucoup vivent à la campagne, peu de votes suffisent pour faire basculer les élections en faveur d’un sympatisant et la NRA y « contrôle » plus facilement les circonscriptions électorales.

La Cour Suprême soutient le deuxième amendement (le droit de porter des armes), et les tribunaux qui ont tenté d’apporter des aménagements au droit de détenir des armes se sont heurtés à des échecs. 

De toute façon, même si des réformes étaient miraculeusement votées, les habitants des USA possèdent déjà une telle quantité d’armes qu’ils pourraient continuer à s’entretuer pendant longtemps. En effet, on en compte 270 millions, quasiment 9 pour 10 habitants. L’Inde, le second pays pour le nombre d’armes détenues, arrive loin derrière (46 millions, alors que le pays compte 4 fois plus d’habitants).

On est loin de l’Australie, où le nombre de suicides et d’homicides a drastiquement baissé après une rafle généralisée des armes privées.

Show More

Express devient Business AM

Close
Close