Pourquoi prenons-nous 3 repas par jour?

La règle des 3 repas par jour semble tellement naturelle que ses multiples formes de contournement, comme le fait de sauter le petit-déjeuner, ou celui de grignoter, sont souvent condamnées par les médias et le corps médical. Et pourtant, c’est une habitude très récente, qui a beaucoup varié en fonction des âges et des milieux sociaux.

« Un paysan du Moyen-âge commençait par une bière, du pain le matin, puis emportait de la nourriture aux champs pour un repas conséquent qu’il prenait entre 2 et 6 heures ou même plus tard, selon son travail, la saison et multitude de facteurs», affirme le professeur d’histoire Paul Freedman, qui enseigne à l’Université de Yale aux Etats-Unis.

Dans son ouvrage, Food: The History of Taste (La nourriture: l’histoire du goût), il évoque comment le monde occidental est parvenu à instituer cette règle intangible des 3 collations par jour, alors qu’elle « ne repose sur aucun argument biologique ». En fait, ce serait le besoin de se rassurer avec des rituels routiniers qui écartent l’incertitude, qui aurait conduit à adopter cette discipline.

Mais de nos jours, le rythme d’alimentation quotidien redevient de plus en plus une affaire de goûts personnels et la sacro-sainte règle des 3 repas tend à disparaître, à la faveur des changements de société.

Pas d’intérêt médical démontré

Faut-il s’en inquiéter sur le plan de la santé ? Peut-être pas. Les différentes études qui ont été menées en matière de rythme des repas, de santé et de diététique, n’ont jamais convergé.

Le ministère de l’agriculture américain avait démontré que la prise d’une collation quotidienne unique diminuait la quantité de graisse absorbée par le corps, mais conduisait à une augmentation de la pression artérielle. Une autre étude, menée par l’université de Maasricht, avait conclu que la prise de 4 repas quotidiens réduisait de presque moitié les risques de devenir obèse, tandis qu’une troisième étude de l’université d’Ottawa avait affirmé que la prise de multiples collations légères ne faisait pas maigrir.

En réalité, il est difficile de trancher, car le rythme de prise des repas n’est qu’un facteur parmi d’autres, auquel il faut ajouter la composition, l’heure de prise, et des facteurs propres aux individus, comme leur bagage génétique et leur fréquence d’exercice.

Conclusion : 1, 2, 5 repas par jour… C’est comme vous voulez…

Show More

Express devient Business AM

Close
Close