Tech

Porsche veut également développer son propre véhicule volant

Le constructeur allemandde voitures sportives pourrait développer un véhicule volant dansle but de concurrencer ses rivaux sur l’éventuel marché des taxisaériens urbains et des services de covoiturage, a déclaré Detlevvon Platen, directeur des ventes et du marketing de Porsche, citépar Reuters.  

Il s’agirait d’un véhiculevolant dont la plupart des opérations seraient automatisées, maisles passagers garderaient toujours un certain contrôle.

« Cela auraitvéritablement du sens. Imaginez que je conduis de l’usine Porsche deZuffenhausen à l’aéroport de Stuttgart, je mets une demi-heure avecde la chance. Voler ne prendrait que trois minutes », aajouté von Platen.

S’introduire sur le marchédes taxis aériens

Le constructeurd’automobiles de sport allemand aimerait également s’introduire surle marché des taxis aériens avec ce véhicule. Même si ce marchén’existe pas encore, des sociétés comme Uber ciblent déjà cesecteur. D’autres compagnies souhaitent également que les voituresvolantes deviennent une réalité. Uber a déjà déclaré qu’iltesterait des taxis volants dans des villes telles que dallas, LosAngeles et Dubaï en 2020.

Uber a conclu un partenariat avec laNASA pour créer un nouveau système de contrôle du trafic aérien àbasse altitude afin d’encadrer les vols des engins autonomes qu’ellecompte mettre en œuvre pour ce projet, avait expliqué l’annéedernière Jeff Holden, le responsable des produits chez Uber. Via le véhicule volant d »Uber, un trajet de 80 minutes dans le trafic endurerait que 4 minutes, selon les estimations.

Cette année, Uber a recruté deuxanciens employés de la NASA, Mark Moore et Tom Prevot, afin dediriger l’équipe de conception du véhicule volant et de développerle logiciel de gestion de trafic aérien. Un accord a également étépar l’entreprise avec Sandstone Properties fin de construire desskyports pour les taxis volants. Uber a également entreprises desdémarches auprès des organismes de réglementation afin d’obtenirles permis nécessaires pour ses véhicules volants.

En 2016, le constructeur aéronautiqueeuropéen Airbus a dévoilé son projet de voiture volante nomméVahana. Le Vahana est un véhicule volant autonome qui peut décolleret atterrir verticalement.

Enfin, Airbus et la firmeitalienne Italdesign ont présenté lors du Salon de l’automobile deGenève leur concept de voiture volante « PoP Up ». Cevéhicule de deux sièges serait conçu afin d’éviter lesembouteillages urbains.

Un futur pas peut-être si lointain

Tous ces développements semblent indiquer queles taxis volants ne représentent peut-être pasun futur si lointain.

D’un autre côté,Boeing s’apprêterait à vendre des taxis volants, rapporte Bloomberg. Leconstructeur aéronautique et aérospatial américain prévoit dedisposer de drones électriques pour passagers sur le marché d’iciune décennie.

« Je pense quecela arrivera plus vite que nous ne le pensons », a déclaréle CEO de Boeing dans une interview. L’ère des véhicule urbains estproche, selon ce dernier. Des flottes d’embarcations auto-pilotéespourraient planer au-dessus de villes et esquiver les grattes-cielsd’ici dix ans, a-t-il encore expliqué.

Selon une étude deDeloitte, les drones électriques de passagers, cousins éloignésdes hélicoptères, transportant de deux à cinq voyageurs, pourraitdébarquer sur le marché d’ici deux ans.

Toutefois, pourl’heure, les constructeurs et les régulateurs doivent encore trouverla manière pour que ces véhicules volants ne heurtent pas lesimmeubles, les avions commerciaux ou encore les drones privés. Pourcela, des progrès en intelligence artificielle et dans latechnologie des capteurs doivent encore être réalisés.

Selon DarrylJenkins, un consultant en aérospatial spécialisé dans lesvéhicules autonomes, les navetteurs n’embarqueront pas dans cesengins tant que la sécurité n’est pas assurée. En outre, obtenirl’approbation des organismes de réglementation de l’aviation pourdes drones transportant des personnes demandera des millions dedollars d’investissement et plusieurs années seront nécessaires.Actuellement, tout le monde y pense, mais aucune norme n’existe etpersonne ne sait comment y parvenir, a encore déclaré Jenkins

Les concurrentspotentiels d’un véhicule volant fabriqué par Porsche seraient lesstart-ups allemandes Volocopter, soutenues par Daimler (DAIGn.DE),Lilium Jet et eVolo, ainsi Terrafugia, société basée auxÉtats-Unis et Joby Aviation située en Californie.

Show More

Express devient Business AM

Close
Close