Economie

Pékin dévoile sa « Greater Bay Area », un projet de Silicon Valley chinoise

L'objectif premier de cette méga-zone sera de parachever l'intégration de Hong Kong et Macao, et de concrétiser le passage vers une économie de services

Pékin vient d’approuver un projet de création d’une « Grande Baie » (« Greater Bay Area »), un centre d’innovation et de croissance économiquee  dédié aux activités informatiques et situé dans le sud de la Chine pour concurrencer la Silicon Valley américaine. 

C’est ce que rapporte le South China Morning Post, qui précise que les détails de la création de cette zone devraient être connus le 21 février prochain. En pratique, cela fait 3 ans que ce projet a été mentionné pour la première fois par les autorités chinoises de la planification économique, du commerce et des affaires étrangères.

Parachever l’intégration de Hong Kong et Macao, et concrétiser le passage vers une économie de services

L’objectif serait non seulement de parachever l’intégration des régions semi-autonomes de Hong Kong et Macao, rendues respectivement par le Royaume-Uni et le Portugal à la fin des années 1990, mais aussi de de créer un nouveau moteur économique. Outre ces territoires, ce dernier  intégrerait également neuf villes voisines de la province du Guangdong situées dans le delta de la Rivière des Perles.

L’ensemble devrait stimuler la richesse et la croissance de l’une des régions les plus dynamiques de l’Empire du Milieu. Il contribuerait aussi à accélérer la transition d’un pays dont l’économie repose largement sur le secteur manufacturier et les exportations vers une Chine davantage orientée vers les services et la demande domestique.

Selon Zhang Xiaoming, directeur du bureau des affaires de Hong Kong et de Macao, la phase de conception de ce projet est maintenant achevée grâce aux « grands progrès » qui ont été accomplis l’année dernière, et les autorités planchent désormais sur sa mise en oeuvre.

La Greater Bay Area : une méga-zone économique avec des méga-villes et des méga-ouvrages

La zone en question s’étendrait sur 56.500 km², et aurait une population de près de 68 millions de personnes. A l’époque (2016) elle devait représenter près de 12,5 % du PIB chinois.

Avec Hong Kong, Guangzhou et Shenzhen, la Greater Bay Area s’impose déjà comme une zone logistique de première importance, compte tenu que chacune de ces villes comporte l’un des 10 ports chinois capables d’accueillir des porte-conteneurs. La région se caractérise également par une infrastructure remarquable, et englobe notamment le pont Hong Kong-Zhuhai-Macao,  d’une longueur totale de 55 km.

Hong Kong, Macao, Guangzhou et Shenzhen sont vouées à devenir les villes centrales de cette Grande Baie, et chacune se spécialiserait dans un domaine particulier. Hong Kong incarnerait son pole de finance internationale, de la navigation et du commerce, et celui des transports maritimes, avec pour ambiton de développer les services financiers, le commerce, la logistique et les services professionnels vers le marché haut de gamme. Macau, quant à elle, est destinée à devenir une ville touristique internationale, doublée d’une plate-forme d’échanges commerciaux avec les pays de langue portugaise.

Guangzhou devrait en être la ville centrale nationale, tandis que Shenzhen, la ville où les géants technologiques Tencent, Huawei et DJI ont leur siège, jouera un rôle de premier plan en tant que région économique spéciale et ville innovante, a précisé Zhang. Enfin, la Greater Bay Area intègre également la ville de la ville de Dongguan, une métropole de 8 millions d’habitants située plus au nord, qui est plus particulièrement spécialisée dans la production de matériel informatique.

Le plus gros défi : harmoniser les systèmes différents des régions semi-autonomes

Selon une étude interne réalisée par un groupe de réflexion officiel que le  South China Morning Post a pu consulter,  la difficulté essentielle de la Greater Bay Area porte surtout sur la mise en pratique « d’un pays, deux systèmes ». Dans ce domaine, les systèmes économiques, fiscaux, douaniers et juridiques différents qui ont conféré une grande autonomie à Hong Kong et Macao représenteront des défis majeurs.

Tags
Show More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close