Dans ce pays de l’UE, on a décriminalisé la corruption en dessous de 45 000 euros

Les affaires de corruption portant sur des montants inférieurs à 45 000 euros seront décriminalisées en Roumanie, selon un décret passé en urgence mardi. Les personnes incarcérées pour une «petite» affaire de corruption seront autorisées à quitter la prison. Le décret a été approuvé mardi en fin de soirée par le nouveau gouvernement socialiste, qui est au pouvoir depuis un mois.Le Premier ministre roumain Grindeanu a expliqué que cette décision visait à résoudre le problème de surpopulation du pays. Le ministre de la Justice, Florin Iordache, a dit de son côté que le décret avait pour objectif d’éviter à la Roumanie d’être condamnée par la Cour Européenne des Droits de l’Homme au regard des mauvaises conditions de détention dans les prisons.Mais les critiques y voient une manœuvre pour protéger des politiciens corrompus alliés du parti des Sociaux Démocrates (PSD) au pouvoir, et libérer le dirigeant de ce parti, Liviu Dragnea. Ce dernier a déjà été condamné à une peine de prison avec sursis pour avoir truqué un référendum en 2012. Il est actuellement mis en examen pour une affaire d’abus de pouvoir portant sur une somme de 24 000 euros.

Des manifestations

Suite à la publication du décret, des dizaines de milliers de personnes sont descendues mardi dans les rues de plusieurs villes roumaines pour exprimer leur désapprobation. Malgré le froid glacial, 130 000 à 150 000 personnes ont manifesté devant le bâtiment du Parlement à Bucarest.Le président roumain Klaus Iohannis est également mécontent de la mesure. Il a parlé mardi d’un « jour de deuil »  pour la justice de son pays.Le président de la Commission Européenne Jean-Claude Juncker a demandé quant à lui aux Roumains d’intensifier la lutte contre la corruption. La Roumanie est membre de l’Union Européenne depuis le 1er Janvier 2007.

Show More

Express devient Business AM

Close
Close