Science

Pays-Bas : jusqu’à 1 million de maisons sont menacées d’effondrement en raison du faible niveau des eaux souterraines

Le réchauffement de notre climat entraîne déjà de plus longues périodes de sécheresse en Europe. Elles couvriront également une surface toujours plus vaste. Le niveau des eaux souterraines est également en train de baisser. On peut déjà le constater : aux Pays-Bas, au moins un million de maisons risquent de s’effondrer parce que le problème des fondations s’est considérablement aggravéà cause du niveau extrêmement bas des nappes phréatiques dû à l’été sec de l’année dernière.

En raison de l’été sec de 2018, le problème des fondations aux Pays-Bas s’est considérablement aggravé : le Centre de connaissances sur l’approche des problèmes de fondation (Kenniscentrum Aanpak Funderingsproblematiek, ou KCAF) reçoit chaque jour de nouveaux rapports. Ce sont surtout les maisons construites avant 1970 qui sont en danger : une sur quatre risque de s’effondrer.

Depuis la sécheresse de l’été dernier, il a reçu de nombreux nouveaux rapports concernant principalement des maisons dont les fondations ont été directement construites sur le sous-sol. En raison du faible niveau de la nappe phréatique, celui-ci ressemble à de l’argile. Le verrouillage est le processus de réduction du volume du sol par déshydratation ou extraction des eaux souterraines. Au fur et à mesure que la quantité d’eau diminue, le sol rétrécit, mais il gonfle de nouveau lorsqu’il est à nouveau mouillé.  Cependant, une partie de ce verrouillage est irréversible. En pratique, le sol s’enfonce et votre maison s’enfonce.

Les maisons sont situées dans au moins 83 municipalités différentes. Selon le KCAF,seulement dix municipalités travaillent activement sur le problème des fondations. « Ces 83 municipalités ne sont que la partie émergée de l’iceberg », déclare le directeur Dick de Jong du KCAF.

Dans les dix municipalités qui s’impliquent activement dans les problèmes de fondations, les propriétaires concernés sont guidés et éventuellement aidés pour le financement de la réparation des fondations. Mais en fin de compte, les propriétaires sont eux-mêmes responsables des fondations : les frais de réparation peuvent s’élever jusqu’à 100.000 euros.

Les scientifiques l’ont vu venir

L’année dernière, des scientifiques nous ont mis en garde contre les conséquences de longues périodes de sécheresse. Selon l’étude, le réchauffement anthropique exacerbe les sécheresses dues à l’humidité des sols en Europe. Les périodes de sécheresse dureront également jusqu’à quatre fois plus longtemps que celles d’aujourd’hui. À terme, 400 millions d’Européens seront touchés, soit plus de la moitié.

Dans leur étude, les scientifiques ont également montré quel effet différents scénarios climatiques pouvaient avoir sur la déshydratation du sous-sol en Europe. Concrètement, une élévation de température d’environ 3 degrés Celsius – nous en sommes maintenant sur cette trajectoire – entraînerait une baisse considérable du niveau de la nappe phréatique. Le niveau de la nappe phréatique souterraine serait environ 3,5 centimètres plus bas.

Cela peut sembler insignifiant, mais cela équivaut à une diminution de 35 000 mètres cubes d’eau par kilomètre carré. Avec une telle quantité d’eau, il est possible de remplir 14 piscines olympiques. Cette réduction est suffisante pour avoir un impact énorme sur la vie végétale en Europe, et elle risque également de compliquer considérablement l’exploitation agricole, par exemple.

La sécheresse va finir par devenir la règle plutôt que l’exception dans de nombreuses régions d’Europe, préviennent les auteurs.

Le risque d’inondation est également plus grand en raison de la sécheresse

Soit dit en passant, la sécheresse de l’année dernière n’a pas uniquement affecté les fondations des maisons sur un sol argileux. Le «verrouillage» décrit ci-dessus se produit également dans un sol tourbeux composé d’environ 15 % de matières végétales mortes et pour le reste en grande partie d’eau. Dans la tourbe, l’effet est renforcé par le fait que le matériel végétal mort entre en contact avec l’oxygène de l’air après la déshydratation, après quoi les bactéries peuvent l’oxyder, ce qui conduit à la disparition de la tourbe au-dessus du niveau de la nappe phréatique, et à l’affaissement du sol.

En fait, l’oxydation brûle la tourbe, mais très lentement. Les centaines de kilomètres de digues en tourbe propres aux Pays-Bas ont été créés par ce processus naturel. La tourbe de l’arrière-pays semble s’être verrouillée après l’oxydation par assèchement, mais les berges des cours d’eau sont restées saturées d’eau à l’ancienne altitude. Si le niveau de l’eau baisse et que les digues s’assèchent en même temps, cela augmentera le risque d’affaissement et surtout le risque de percée fluviales.

Les sols argileux et tourbeux sont plus répandus dans le sud et le nord de la Hollande. Près de 60% de la couverture terrestre de la Hollande méridionale sont constitués de sols argileux et tourbeux.  C’est la province la plus densément peuplée des Pays-Bas. Près de la moitié du nord de la Hollande se compose de sols argileux et tourbeux, tandis qu’àUtrecht, Groningue et en Zélande, cette proportion représente un quart.

Tags
Show More
Close
Close