Politique

Pas de rencontre prévue entre Mike Pence et la Corée du Nord aux Jeux olympiques d’hiver

L’occasion pour les deux pays, les États-Unis et la Corée du Nord d’avoir une conversation en face à face s’est effacée avec le refus de Kim Jong-un de rencontrer Mike Pence. La rencontre devait avoir lieu lors des JO d’hiver, mais elle n’est déjà plus que souvenir. Les déclarations du vice-président Mike Pence n’auraient pas plus au régime nord-coréen.

« La Corée du Nord a fait pendre une réunion devant notre nez dans l’espoir que le vice-président tempère ses déclarations », a déclaré Nick Ayers, chef de cabinet de Mike Pence. Pourtant, le vice-président n’est pas revenu sur ses déclarations. Il avait en effet condamné la violation des droits de l’homme en Corée du Nord et annoncé « des sanctions économiques les plus sévères de tous les temps ». Pence avait également dénoncé comment le régime avait utilisé les Jeux Olympiques d’hiver pour redorer son image. Ces déclarations n’ont donc visiblement pas plu à Kim Jong-un qui a aussitôt annulé la rencontre prévue.

Symbolique

La rencontre entre les deux pays auraient pourtant été historique si elle avait eu lieu. En effet, cela aurait été la première conversation face à face entre hommes politiques des deux administrations Trump et Kim Jong-un. Mais pas possible pour la Corée du Nord d’accepter de rencontrer Mike Pence après ses déclarations.

« Cette administration continuera à s’opposer au désir de Kim de redorer son régime meurtrier avec des belles photos des Jeux olympiques », a réagi Ayers. « C’est peut-être pour cette raison qu’ils ont annulé la réunion, ou peut-être qu’ils n’ont jamais vraiment été intéressés ».

 Occasion manquée

« Nous regrettons de ne pas avoir pu profiter de cette opportunité », a déclaré Heather Nauert, porte-parole du département des affaires étrangères. « Mais nous ne nous excuserons pas non plus pour nos valeurs américaines, car nous sommes attentifs aux violations des droits de l’homme. » La question est de savoir si une rencontre aurait pu améliorer le dialogue au-delà de l’aspect symbolique. Car pour le moment, aucun pays ne semble avoir envie de faire un pas vers l’autre ou prendre du recul. 

Pence aurait donc rencontré entre autre la plus jeune soeur de Kim Jong-un, Kim Yo-jong et Kim Yong-nam, le chef de l’État de Corée du Nord en tant que président du parlement. Le vice-président des États-Unis était assis à quelques mètres de Kim Yo-jong lors de la cérémonie d’ouverture mais ils ne se sont pas adressés la parole. « Je ne l’ai pas évitée, mais je l’ai ignorée » a déclaré Pence. « Je ne pense pas qu’il aurait été bon pour les États-Unis de lui accorder de l’attention à ce moment-là. »

Show More
Close
Close