Les Européens et les Américains : « Nos enfants auront plus de difficultés que nous »

Depuis la fin de la crise financière et économique des 10 dernières années, on a constaté un retour de la confiance dans l’économie dans certains pays du monde, mais la confiance dans l’avenir demeure fragile, indique une étude réalisée par le Pew Research Center dans une vingtaine de pays.

Seulement 41 % des personnes interrogées pensent que leurs enfants mèneront une vie plus confortable sur le plan financier que leurs parents.

Dans ce domaine, c’est la France qui se distingue comme la championne du pessimisme. Seulement 9 % des Français pensent que leurs enfants seront plus à l’aise qu’eux financièrement. Le Japon se classe second (19 %) et la Grèce, troisième (21 %). Curieusement, des pays tels que l’Australie ou le Canada, qui ont pourtant probablement moins souffert de la crise, sont aussi assez pessimistes (24 % tous les deux).

En Grèce, seulement 2 % des personnes interrogées ont indiqué que l’économie se portait bien, et 21 % pensent que leurs enfants seront plus riches qu’elles.

Les pays développés

Les chercheurs ont constaté que ce sont surtout les nations développées qui envisagent l’avenir avec méfiance. En général, ces pays sont aussi ceux où l’on est plus optimiste à l’égard de la situation actuelle, mais beaucoup craignent que les choses soient plus difficiles pour la génération suivante.

Ainsi, les 3 pays les plus optimistes sur la situation actuelle sont Européens. C’est en Hollande que cette satisfaction est la plus importante (87 %), suivie de l’Allemagne (86 %) et de la Suède (84 %). Mais seulement 35 % des Hollandais croient que la prochaine génération fera mieux financièrement que ses parents, soit un écart de 52 points de pourcentage. Cet écart est aussi très marqué en Allemagne (50 points) et en Suède (40 points).

Les pays émergents

Sans surprise, c’est dans les pays émergents que l’optimisme en l’avenir est le plus palpable, notamment au Nigeria, où 72 % pensent que les générations futures seront plus à l’aise financièrement, au Chili (69 %) et au Ghana (63 %).

Dans certains pays émergents comme le Nigéria ou le Brésil, il y a un fort contraste entre le ressenti pour la situation actuelle (respectivement 41 % et 15 % d’optimisme) et l’avenir (resp. 72% et 56 %).

Show More
Close
Close