Le nombre de nouveaux entrepreneurs de 50 ans ou plus ne cesse d’augmenter

Le nombre de nouveaux entrepreneurs de 50 ans ou plus augmente d’année en année. En cinq ans, leur proportion est passée de 12 à 14%, indique une étude du SNI réalisée sur base des chiffres de l’INASTI, l’Institut National d’Assurance Sociale pour Travailleurs Indépendants.

« Souvent, ils se lancent dans l’entreprenariat par nécessité, par exemple, lorsqu’ils subissent un licenciement ou une réorganisation et qu’ils ne trouvent pas d’autre emploi », explique la présidente du SNI, Christine Mattheeuws.

Le nombre total de starters a augmenté de 28% entre 2009 (75.592) et 2014 96.844), selon les chiffres de l’INASTI. Durant la même période, le nombre de starters de 50 ans ou plus a augmenté de 51%. Leur proportion a également fortement augmenté : en 2009, ils représentaient 12% des starters (8.903 en tout), fin 2014 leur proportion s’élevait à 14%, soit 13.435 en tout.

Allocations de chômage pendant un an pour ceux qui se lancent comme indépendant

Il est bien connu que les 50 ans et plus ont peu de chances sur le marché du travail belge. Cela n’a rien à voir avec les compétences ou la motivation de ces travailleurs mais avec les énormes coûts salariaux et la protection dont ils bénéficient.

Dans un premier temps, de nombreux barèmes à respecter en fonction de l’âge existent. Par ailleurs, les lourdes clauses de protection font qu’ils ont moins de chances sur le marché du travail. L’outplacement est obligatoire pour tous les travailleurs de 45 ans ou plus qui sont licenciés, mais il y a aussi le crédit-temps de fin de carrière et le chômage avec complément d’entreprise, l’ancienne prépension, même si l’accès à la prépension a été durci ces dernières années.

Pour permettre à plus de demandeurs d’emploi de 50 ans et plus de faire connaissance avec l’entreprenariat, le SNI propose de les laisser continuer à bénéficier de leurs allocations de chômage durant 12 mois lorsqu’ils se lancent en tant qu’indépendant.

Show More
Close
Close