L’ambassadeur américain auprès de l’ONU démolit le Conseil de Sécurité. Dans les médias traditionnels, pas un mot…

Nikki Haley, l’ambassadeur américain auprès des Nations Unies, a assisté lundi à sa première réunion mensuelle du Conseil de sécurité des Nations Unies au sujet du Moyen-Orient.

Nikki Haley est la fille d’immigrants en provenance de l’État indien du Pendjab et elle est l’ancien gouverneur républicain de l’État de la Caroline du Sud. Au cours de la dernière campagne présidentielle, elle a soutenu le sénateur Marco Rubio.

Après avoir salué la presse, elle est vite entrée dans le vif du sujet. Son intervention détonante n’a pourtant trouvé que peu d’écho dans les médias traditionnels.«Je veux d’abord parler de ce que nous venons de voir ici. Le Conseil de sécurité vient de finir sa réunion mensuelle sur les questions du Moyen-Orient. C’est la première réunion de ce genre à laquelle j’ai assisté, et je dois dire que c’était un peu étrange.

Le Conseil de sécurité est censé parler du maintien de la paix et la sécurité internationales. Mais lors de cette réunion sur le Moyen-Orient, la discussion n’a pas porté sur la construction illégale de roquettes par le Hezbollah au Liban. Elle ne concernait pas l’argent et des armes que l’Iran fournit aux terroristes. Elle ne portait pas sur la façon dont nous pouvons vaincre l’État islamique. Elle ne portait pas sur la façon dont nous rendons Bachar al-Assad responsable du massacre de centaines de milliers de civils.Non, la réunion s’est concentrée sur la critique d’Israël, la seule vraie démocratie au Moyen-Orient.

Je suis nouvelle ici, mais je comprends que c’est comme cela que le Conseil de sécurité a fonctionné, mois après mois, depuis des décennies.Je suis ici pour dire que les États-Unis ne pourront plus fermer les yeux sur cela. Je suis ici pour souligner le soutien à toute épreuve des Etats-Unis pour à Israël.[…] Nous voulons la paix. Nous soutenons une solution au conflit israélo-palestinien qui serait négociée directement par les deux parties, comme le Président Trump l’a réitéré hier lors de sa rencontre avec le Premier ministre Netanyahu. Les résolutions outrageusement partiales du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale ne font qu’éloigner les chances de paix, en décourageant l’une des parties à venir à la table des négociations.

Chose incroyable, le Département des affaires politiques a un département qui ne traite que des affaires palestiniennes. Imaginez cela. Il n’y a pas de département consacré aux lancements de missiles illégaux par la Corée du Nord. Il n’y a pas de département spécialisé sur l’Iran, le parrain du terrorisme N°1 dans le monde.

L’approche partiale au problème israélo-palestinien ne fait aucune faveur au processus de paix. Et il ne reflète pas la réalité du monde qui nous entoure.[…] Israël existe dans une région où d’autres réclament sa destruction complète, et dans un monde où l’antisémitisme est en plein essor. Il s’agit de menaces dont nous devrions discuter à l’ONU […]Mais hors de l’ONU, il y a tout de même quelques bonnes nouvelles.

Le statut d’Israël dans le monde commence à changer. Israël construit de nouvelles relations diplomatiques. De plus en plus de pays reconnaissent la contribution d’Israël pour le monde. Ils reconnaissent qu’Israël est un havre de stabilité dans une région troublée, et qu’Israël est un leader en matière d’innovation, d’entrepreneuriat et de découvertes technologiques ».

The Cyrus Report a publié la transcription complète du discours de Nikki Haley. 

Show More
Close
Close