Politique

Netanyahou perd les élections remportées

Pour la première fois dans l’histoire d’Israël, le vainqueur de l’élection n’a pas réussi à former un nouveau gouvernement dans le délai légal de 42 jours. De nouvelles élections sont maintenant prévues pour le 17 septembre.

C’est une mauvaise nouvelle pour le Premier ministre sortant Benjamin Netanyahou, qui fait l’objet de plusieurs poursuites pour corruption. Il souhaitait donc faire adopter par le Parlement des lois lui conférant l’immunité à l’égard de ces poursuites.

Le plan de paix pour le Moyen-Orient

Mais c’est aussi une mauvaise nouvelle pour Donald Trump. Il espérait annoncer son plan de paix pour le Moyen-Orient une fois que le nouveau gouvernement israélien aurait prêté serment. Ce plan devait être présenté à Bahreïn à la fin du mois prochain. Mais cela doit maintenant se produire en l’absence d’une délégation palestinienne, qui ne veut rien savoir du plan depuis que les États-Unis ont déplacé leur ambassade à Jérusalem. En outre, c’est un gouvernement des affaires courantes, sans mandat clair, qui représentera Israël lors de la présentation. Ce n’est pas une situation idéale. Selon Dan Shapiro, ambassadeur en Israël sous l’administration Obama, le plan pourrait donc avorter.

« Personne dans la région n’en veut. Netanyahou n’en voulait pas avant les élections d’avril et ne le voudra plus avant celles de septembre maintenant. On ne peut pas le présenter pendant les négociations de coalition. Alors cela nous amène en novembre. À ce moment-là, la réélection de Trump deviendra un facteur politique. »

Les initiés pensent que le plan veut faire oublier aux Palestiniens leurs ambitions pour leur propre État en leur promettant des milliards d’investissements.

Un gouvernement d’union nationale, mais sans Premier ministre Netanyahou

Le chef de l’opposition, Benny Gantz, a quant à lui laissé la porte ouverte à un gouvernement d’union nationale. Ce dernier serait formé entre sa coalition bleue et blanche (Kachol Lavan) et le parti Likoud de Netanyahou. Mais cela n’est possible que si Netanyahou ne réclame pas le poste de Premier ministre. Est-ce un scénario réaliste ? Il faudra attendre pour voir ce qui se passera en septembre. La chance que le Likoud remporte les élections aussi en septembre n’est pas négligeable. Mais le fait que Netanyahou ait été le premier à ne pas former de gouvernement peut être interprété par le reste de son parti comme un signe que son ère de gloire arrive à expiration.

Israël : où est-ce que ça a mal tourné ?

Un accord devait garantir à Netanyahou un cinquième mandat gouvernemental. Mais il y avait une grande division entre le parti ultranationaliste Yisrael Beitenou de l’ancien ministre de la Défense Avigdor Lieberman et le Judaïsme unifié de la Torah.

Le différend portait principalement sur le service militaire. Lieberman veut que les juifs ultra-orthodoxes, comme tous les citoyens israéliens, fassent leur service militaire obligatoire. Le Judaïsme unifié de la Torah, cependant, souhaite que les étudiants d’un séminaire juif bénéficient d’une exemption. Cela a toujours été le cas depuis la fondation d’Israël, il y a plus de soixante-dix ans.

Ce différend a bloqué les conversations en vue de la formation d’un nouveau gouvernement. En Israël, tout nouveau gouvernement doit avoir été formé dans les 42 jours suivant les élections. Or, ce délai a expiré mercredi soir.

Tags
Show More
Close
Close