Politique

La NBA traînée dans la boue après s’être excusée auprès de la Chine

Un tweet dans lequel Daryl Morey, directeur général de l’équipe américaine de basket-ball Houston Rockets, a exprimé son soutien aux manifestants de Hong Kong, a aigri la relation entre la NBA et la Chine.

Morey a tweeté une image avec le texte « Fight for Freedom. Stand with Hong Kong ». Le tweet a été supprimé quelques heures plus tard. Le gouvernement chinois, des supporters locaux et un certain nombre d’entreprises chinoises, dont certaines sont des partenaires clés de la ligue professionnelle de basket-ball NBA, ont réagi avec stupeur.

La NBA a qualifié le tweet « regrettable » et a admis avoir offensé de nombreux amis et fans chinois. Il faut s’attendre à des conséquences majeures imminentes. La société de télécommunications Tencent a immédiatement mis fin à la diffusion en direct des matchs des Rockets. L’année dernière, Tencent a diffusé les programmes de la NBA auprès de 500 millions de Chinois. L’accord commercial sur ces émissions s’élève à 1,5 milliard de dollars. La NBA tente de s’implanter en Chine depuis des années. Jusqu’à présent, cela lui a coûté beaucoup d’argent.

Les Chinois bénéficient également d’un soutien aux États-Unis. En particulier de Joe Tsai (à gauche sur la photo), co-fondateur d’Alibaba et propriétaire de l’équipe de la NBA des Brooklyn Nets. Selon Tsai, « la blessure causée par le tweet de Morey prendra beaucoup de temps à guérir ». Mais les politiciens et les leaders d’opinion américains ont rapidement critiqué les excuses offertes par la NBA. « La NBA s’incline devant un régime autoritaire en échange de milliards de dollars », indique-t-il. Cela est remarquable parce que la NBA est toujours progressiste lorsqu’il s’agit de problèmes sociaux intérieurs. Avec ses excuses, ne rend pas justice à sa réputation dans ce domaine.

Les Houston Rockets et la Chine partagent une légende: Yao Ming

Des stars du monde telles que Stephen Curry et Kobe Bryant se rendent en Chine chaque année pour y promouvoir leurs propres marques. Etonnamment, ce sont les Houston Rockets qui ont des problèmes avec la Chine. De toutes les équipes de la NBA, c’est celle des Rockets qui compte le plus grand nombre de fans chinois. Il y a une raison historique à cela. Entre 2002 et 2011, le basketteur chinois Yao Ming a défendu les couleurs de l’équipe du Texas du haut de ses 2,3 mètres. Ming est devenu mondialement célèbre lorsqu’il a été autorisé à déposer la flamme olympique sur la place Tiananmen en 2008. Il a également été 3 fois joueur de l’année de la NBA et a été admis au Hall of Fame.

Ming est maintenant victime de la guerre commerciale sino-américaine. Après une carrière réussie dans la NBA américaine, Ming a investi une partie de sa fortune dans un vignoble de Napa Valley, au nord de San Francisco. Mais au cours des 12 derniers mois, les exportations de son vignoble vers sa Chine natale ont été divisées par deux.

Dans un restaurant populaire à Shanghai, une bouteille de sauvignon blanc californien peut désormais coûter facilement  200 euros, contre 100 l’année précédente. Un vin similaire en provenance de Nouvelle-Zélande, non soumis aux droits d’importation, coûte la moitié. De nombreux viticulteurs californiens ont vu leurs commandes chuter à près de zéro.

Yao Ming vin
Morning Post de Simon Song / Chine du Sud via Getty Images
Tags
Show More

Express devient Business AM

Close
Close