1 musulman français sur 4 pour un islam ultra-conservateur

En France, un musulman sur 4 préférerait la sharia aux lois laïques, indique enquête de l’Institut Montaigne auprès de plus de 1.000 Musulmans français.

C’est surtout dans la population jeune que l’on observe une préférence pour la loi islamique. Les exigences les plus marquées  de la population musulmane semblent être l’existence d’une nourriture halal à l’école et le droit de la femme de porter le foulard.

« Une majorité de musulmans acceptent les lois strictement laïques du pays », souligne l’étude. En outre, la plupart des personnes interrogées peuvent admettre que dans la vie publique, il y ait une restriction quant à l’utilisation de symboles religieux.

« Cependant, 60% des personnes interrogées considèrent que les filles devraient avoir le droit de porter un foulard à l’école. 24% sont également favorables au port du niqab et de la burka. » En France, le port du voile à l’école est interdit tout comme le niqab et la burka.

Banlieues

Selon l’Institut Montaigne, les musulmans peuvent être divisés en 3 catégories. Le premier groupe se compose de musulmans laïques. Cette population – 46% de l’ensemble des Musulmans – ne rejette pas l’islam, mais limite sa conviction religieuse à la consommation de nourriture halal.

Vient ensuite un groupe de 25% de musulmans croyants qui aspirent à un rôle plus grand de l’islam dans le monde du travail, mais rejettent la burka et la polygamie et acceptent qu’on limite le rôle de la religion dans la vie publique.

Enfin, il existe un groupe de musulmans réactionnaires qui utilisent l’islam pour se révolter. Ce groupe se compose principalement de musulmans peu instruits et ayant peu de chances sur le marché du travail. Les membres de ce groupe habitent surtout dans les banlieues des grandes villes.

Environ 50% des jeunes musulmans feraient partie de cette catégorie. Chez les personnes dans la quarantaine, cette proportion tombe à 20% environ.

Show More

Express devient Business AM

Close
Close