LifestylePolitique

Mohamed Salah, une recette contre l’islamophobie ?

Le footballeur égyptien Mohamed Salaha réussi à lui seul à réduire considérablement l’islamophobie à Liverpool, qui était si répandue parmi certains supporters.

Samedi, à Madrid, le footballeur égyptien Mohamed Salah du FC Liverpool a signé le but le plus rapide de la finale de la Ligue des champions depuis 2005. En effet, au bout de 24 secondes, l’arbitre a siflé un penalty sur une main présumée du joueur de Tottenham, Moussa Sissoko. Salah l’a converti en but après 1 minute et 48 secondes. En 2005, Paolo Maldini avait marqué après 51 secondes au Liverpool-AC Milan et reste le détenteur du record.

Mais Salah a d’autres mérites. Une étude réalisée par les universités de Stanford (Californie) et de Zurich montre que l’Egyptien a réussi à lui seul à réduire de manière significative l’islamophobie, qui sévissait parmi certains supporters de Liverpool.

Les chercheurs ont voulu savoir si des célébrités ayant réussi dans des groupes de population stigmatisés pouvaient réussir à réduire les préjugés contre ces groupes. Ils ont pris comme point de départ le succès phénoménal de la star du football et musulman Mohamed Salah. Cet Egyptien de près de 27 ans a joué dans plusieurs grands clubs de la Premier League et de la Série A italienne. Il a percé après avoir signé pour le FC Liverpool il y a deux ans. Durant la saison 2017/2018, Salah est devenu le meilleur buteur de la ligue anglaise. Il a répété ce prodige au cours de la dernière saison, bien qu’il doive maintenant partager ce titre avec deux autres joueurs. Salah est également une star mondiale dans son pays d’origine, l’Égypte.

Jan Vertonghen et Mohamed Salah
Bob Thomas/Popperfoto via Getty Images

-19 % pour les délits motivés par la haine -50 % de tweets islamophobes

Les chercheurs ont mesuré l’effet de Salah sur les attitudes et comportements islamophobes en analysant 936 délits de haine dans la région de Liverpool, 15 millions de tweets de supporters de football anglais et un sondage auprès de 8 060 fans du FC Liverpool. Qu’en est-il ressorti ?

La province (county) de Merseyside, où se situe le FC Liverpool, a enregistré une baisse de 18,9 % des délits et crimes motivés par la haine. Mais dans d’autres types de crimes, aucun effet similaire n’a été observé. Depuis l’arrivée de Salah, le nombre de tweets anti-musulmans envoyés par les supporters de Liverpool a été réduit de moitié. Il est passé de 7,2 % du total à 3,4 % du total. C’est un chiffre comparable à ce que les fans d’autres grands clubs anglais publient sur Twitter.

Les chercheurs ont conclu de leur expérience que ces résultats témoignent d’une familiarisation accrue avec l’islam. Leurs résultats indiquent que l’exposition positive à des rôles-modèles hors de leur cercle traditionnel rend disponibles de nouvelles informations qui améliorent clairement les attitudes envers les étrangers.

Tags
Show More
Close
Close