Economie

Les ménages grecs ont perdu 28 % de leur patrimoine depuis 2008

En revanche, les ménages portugais ont vu leur patrimoine progresser de façon significative, en dépit de la politique d'austérité

Les ménages grecs ont perdu 27,9 % de leur patrimoine en moyenne au cours de la décennie 2008-2018, qui a fait suite à la crise financière. C’est ce que montre une analyse de la banque grecque Alpha Bank, qui conclut qu’ils s’agit de la plus forte chute dans la zone euro. 

Selon cette analyse, les ménages espagnols ont perdu 24,8 % de leur patrimoine pendant la même période, les Italiens, 12,6 %, et les Chypriotes, 10,8 %.

En revanche, les familles allemandes et portugaises ont vu leur patrimoine s’apprécier au cours de la même période, respectivement de 21 % et de 28 %. Pour ces derniers, qui ont aussi subi la politique d’austérité imposée par la troïka composée du Fonds monétaire International, de la Banque centrale européenne et de la Commission européenne, il s’agit surtout de la conséquence de la hausse du marché immobilier portugais. Celle-ci a entraîné une hausse de la valorisation des logements des Portugais propriétaires au cours des dernières années.

(Le graphique compare les patrimoines moyens de haut en bas : des ménages espagnols, portugais, italiens, chypriotes, allemands et grecs pour 2008 et 2018. En bleu : la part des actifs financiers ; en rouge, la part des actifs non financiers, y compris l’immobilier.)

Ce sont les ménages espagnols qui ont enregistré la plus forte baisse de la richesse non financière dans la zone euro, en raison de l’éclatement de la bulle immobilière. Les ménages grecs sont ceux qui ont enregistré la plus forte baisse de cette rubrique après leurs homologues espagnols, une évolution qui résulte également de la contraction du marché immobilier grec au cours des années précédentes.

Les signes d’une reprise économique grecque

Cependant, l’immobilier grec montre actuellement des signes de reprise en termes de propriétés résidentielles et commerciales. L’indice des prix de l’immobilier grec a augmenté de 1,3 % sur la période allant de janvier 2018 à septembre 2018 sur une base annuelle, tandis que les indices des prix des bureaux et des espaces commerciaux ont augmenté respectivement de 7,4 % et 3,1 %.

Le bulletin Alpha note que les ménages sont optimistes quant à une potentielle hausse de leur capacité de dépense, leurs conditions d’emploi et concernant la situation économique générale.

Tags
Show More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close