PolitiqueTech

Un ex-Googler : « L’indignation est le moteur des médias sociaux ; polariser la société est leur business model »

«Nous ne parvenons plus à trouver un terrain d’entente sur lequel nous pouvons nous opposer respectueusement : l’autre est devenu « l’ennemi ». On se crie dessus à la télévision, on se suit sur Facebook et on se bombarde de grenades verbales sur Twitter. Et maintenant, c’est tout le monde qui se bat sur le front numérique, et pas seulement les politiciens. L’Amérique devient donc de plus en plus un pays profondément divisé. »

La citation ci-dessus provient du chroniqueur américain Thomas Friedman. Il l’a écrite dans une colonne du New York Times en octobre dernier. Friedman n’est pas n’importe qui. Il est l’auteur du livre pionnier ‘The World is Flat’ en 2005, dans lequel il a décrit les premiers effets de la mondialisation et pour lequel il a été récompensé la même année par le  Financial Times and Goldman Sachs Business Book of the Year Award.

Il a également été correspondant du New York Times au Moyen-Orient pendant de nombreuses années. Mais Friedman voit maintenant de plus en plus de similitudes avec les guerres civiles auxquelles il a assisté là-bas et ce qui se déroule dans son Amérique aujourd’hui.

Le fait que Friedman n’ait pas nécessairement besoin d’être un génie pour comprendre le fonctionnement quotidien des médias sociaux est devenu évident la semaine dernière lorsque Tristan Harris, un ancien ingénieur de Google, a témoigné lors d’une audience du Sénat américain. « L’indignation morale est le sentiment qui cause le plus de réactions sur les médias sociaux ». Sa conclusion est donc évidente. « Pour Facebook, YouTube et Twitter, monter les gens les uns contre les autres fait partie du business model. »

Chaque mot qui provoque l’indignation provoque une augmentation de 17 % des retweets

Harris a indiqué des chiffres intéressants. « Pour chaque mot ajouté à un tweet qui indique une indignation, le nombre de retweets augmente de 17 %. Toute personne qui aurait répertorié les 15 mots les plus fréquemment employés à propos des vidéos suggérées par YouTube il y a à peine un mois se serait retrouvée avec de la haine, des réfutations, des destructions,… « Ce genre de chose est le rayonnement de fond que nous administrons à deux milliards de personnes ». Cela fonctionne très bien, car 70 % du trafic de YouTube provient des recommandations faites par ce genre d’algorithmes.

Mais il y a plus. « L’algorithme qui réorganise votre flux de nouvelles chaque fois que vous l’actualisez, fonctionne comme une machine à sous et présente les mêmes caractéristiques addictives que celles qui rendent les joueurs accros à Las Vegas. Une autre caractéristique est que les flux de nouvelles n’ont pas de fin. Vous pouvez les faire défiler à l’infini.

« Likes » et « suiveurs » n’ont qu’un seul objectif : rendre les gens accros à l’attention qu’ils reçoivent des autres.

Ensuite, il y a les fonctionnalités « likes » et « suiveurs ». Elles n’ont qu’un seul objectif : rendre les gens dépendants de l’attention qu’ils reçoivent des autres. Plus on passe de temps dans ces écosystèmes, mieux la machine comprend comment vous empêcher de décrocher. Les modèles commerciaux des médias sociaux sont donc entièrement axés sur la maximisation du temps que vous y consacrez.

Enfin, Harris a également déclaré ceci: « Imaginez YouTube, avec d’un côté les vidéos calmes et de l’autre l’asile de fous : OVNIs, théories de la conspiration, Bigfoot (une espèce supposée de primates des États-Unis et du Canada), etc. « Si je suis YouTube et que je veux maximiser le temps que vous passez avec nous, dans quelle direction dois-je vous envoyer ? Je ne vous enverrais jamais dans la section calme, je vous enverrais toujours à l’asile. Imaginez 2 milliards de personnes se rendant à l’asile comme une colonie de fourmis humaines. »

Harris a quitté Google et travaille en tant que directeur exécutif du Center for Humane Technology, une ONG engagée dans une technologie plus humaine.

Tags
Show More
Close
Close