Politique

Royaume-Uni: « les dirigeants de Facebook & co risquent l’arrestation »

La Grande-Bretagne est encore sous le choc après le suicide de Molly Russell, âgée de 14 ans

Nous devons tenir les dirigeants des médias sociaux responsables du contenu qu’ils publient sur leurs plateformes. S’ils ne font pas assez d’efforts pour bloquer les contenus préjudiciables, ils doivent pouvoir être arrêtés ».

C’est ce que Jackie Doyle-Price (photo), la ministre britannique de la Prévention du Suicide, a déclaré à la radio BBC. « Nous devons traiter des entreprises comme Facebook, Instagram et YouTube comme des éditeurs. Ce n’est qu’alors que nous pourrons les tenir pour responsables d’actes tels que l’automutilation, le suicide et les abus « , a déclaré la ministre.

Arrestation ? « Toutes les options sont ouvertes »

La ministre estime qu’imposer des amendes est un moyen de faire respecter la législation. Mais lorsqu’on lui demande si des arrestations pourraient également être prévues lorsque les plus hauts responsables de ces réseaux sociaux mettent le pieds sur le sol britannique, la ministre a répondu : « Toutes les options sont ouvertes ».

En octobre dernier , Doyle-Price a été nommée ministre de la Prévention du Suicide. Cette nomination fait partie des efforts du gouvernement de la Première ministre britannique, Theresa May. Cette denière veut s’attaquer plus efficacement au problème des suicides. Les rapports de plus en plus fréquents de suicides chez les adolescents préoccupent particulièrement les autorités. Selon des observateurs, la Grande-Bretagne est la première nation au monde à avoir mis en place un ministère de prévention du suicide.

Le suicide de Molly Russell

La Grande-Bretagne est encore sous le choc après le suicide de Molly Russell, âgée de 14 ans. Les parents de la victime tiennent Instagram responsable de sa mort. Le père de la jeune fille pense que les algorithmes sur ces sites fonctionnent d’une manière qui autorise la mise en contact des jeunes avec des contenus nuisibles. Il compare cette méthode avec le «grooming». Il s’agit d’un terme anglais pour « l’approche et la prise de contact qu’un pédophile établit avec des enfants dans le but ultime de rendre le contact sexuel possible». Selon lui, les algorithmes conduisent à un résultat similaire.

« Lorsque quelqu’un cherche un tel contenu sur Internet et qu’il est ensuite bombardé de tels messages grâce aux hashtags, cela normalise des choses telles que l’automutilation et le suicide », a déclaré la ministre. « Si ces médias sociaux savent comment me submerger de publicités liées au type de vêtements que j’aime, alors ils peuvent également supprimer ce type de messages nuisibles. Il n’y a plus d’excuses. »

Adam Mosseri, le patron d’Instagram, a admis que sa plate-forme ne peut pas gérer les messages relatifs à l’automutilation.

Tags
Show More
Close
Close