Au Maroc, les islamistes viennent encore de remporter les élections

Au Maroc, le parti islamique du PJD (Parti de la Justice et du développement), qui tient les commandes du pays depuis 5 ans, vient de remporter une nouvelle fois les élections législatives. Avec 125 des 395 sièges, il confirme son statut de plus grand parti du pays, et il a remporté 23 sièges de plus que le PAM (Parti authenticité et modernité), plus proche du roi.

Au Maroc, le parti islamique du PJD (Parti de la Justice et du développement), qui tient les commandes du pays depuis 5 ans, vient de remporter une nouvelle fois les élections législatives. Avec 125 des 395 sièges, il confirme son statut de plus grand parti du pays, et il a remporté 23 sièges de plus que le PAM (Parti authenticité et modernité), plus proche du roi.

Le roi vient de reconduire le Premier ministre sortant Abdelilah Benkirane dans ses fonctions. Même si le PJD modifie la coalition gouvernementale actuelle, on ne s’attend pas à beaucoup de changements. Le parti se bat principalement contre la corruption et s’inspire du Coran.En 2013, le PJD a fait adopter une augmentation de la taxe sur l’alcool par le Parlement et 2 ans plus tard, il est également parvenu à faire interdire la diffusion du film marocain  « Much Loved » au Maroc pour des raisons morales. Le film raconte l’histoire de femmes qui se prostituent pour subvenir à leurs besoins au Maroc.Le parti est au pouvoir depuis novembre 2011, après une réforme constitutionnelle visant à réduire le pouvoir du roi.Beaucoup espèrent que le nouveau gouvernement s’attellera à la situation du chômage, de la santé et de l’éducation. Selon la Banque Mondiale, le chômage des jeunes dépasse les 20 % dans le pays.

Le système électoral marocain

Le système électoral marocain est structuré de telle sorte qu’obtenir la majorité absolue est apparemment impossible : outre le multipartisme, 90 sièges sont réservés aux femmes candidates de moins de 40 ans.Le PJD doit donc former une coalition avec d’autres partis, dont le parti conservateur Istiqlal ou le parti social-libéral Rassemblement National des Indépendants, avec qui il avait déjà formé une coalition au pouvoir jusqu’à aujourd’hui. Cependant, une alliance avec le PJD est totalement écartée.

Le rôle du roi

Le rôle des islamistes ne doit pas être surestimé. Le Roi Mohammed VI du Maroc (photo) détient un grand pouvoir et décide de toutes les questions importantes telles que la sécurité, la politique étrangère et la religion. La Constitution prévoit que le Premier ministre préside le gouvernement, émet des recommandations sur des questions.

Show More
Close
Close