Magnette: ‘Qui reste-t-il dans la classe moyenne pour défendre l’UE ? Personne’

Il n’est pas vraiment étonnant que la popularité de l’Union européenne parmi sa propre population ait chuté à des niveaux record. Il ne reste dans la classe moyenne européenne plus personne pour défendre le marché commun, affirme Paul Magnette, Ministre-Président de la Wallonie, dans une interview accordée au journal suisse Le Temps.

« Le problème de l’Europe est qu’elle a perdu le soutien des classes moyennes. Les agriculteurs sont soumis aux aléas d’un marché totalement libéralisé, les ouvriers de l’industrie sont soumis à dumping mondial et les employés de la fonction publique subissent les conséquences des politiques d’austérité. Qui reste-t-il dans la classe moyenne pour défendre l’UE telle qu’elle est, soit profondément libérale? Personne. »

Paul Magnette estime que des mesures devraient être prises pour renforcer la cohésion au sein de l’Union européenne.

Discipline

Le Ministre-Président de la Wallonie avait déjà plaidé pour que des pays comme la Pologne ou la Hongrie sortent de l’Union européenne, sous-entend Le Temps. «Je n’appelle pas à la sortie de ces pays, c’est un raccourci, mais à un renforcement de la cohésion de l’UE. On ne peut bénéficier de mécanismes de solidarité qu’en faisant preuve d’une discipline minimale », précise Magnette.

Selon lui, l’adhésion de l’Union européenne doit être basée sur des valeurs fondamentales telles que le respect de l’Etat de droit. Cependant, la Hongrie refuse des quotas pour les réfugiés, alors que le gouvernement polonais s’en prend aux médias et attaque le droit à l’avortement. Or, ces pays ne sont pas ennuyés alors que les Etats membres qui ne respectent pas les critères économiques de la commission européenne se font réprimander, explique Paul Magnette.

« L’Europe est le marché le plus grand et le plus prospère. Tous les pays veulent conclure des accords commerciaux avec l’Europe. L’UE doit donc monnayer son attractivité. Il nous faut obtenir de nos partenaires l’échange d’informations fiscales, climatiques et sociales. »

 

Show More

Express devient Business AM

Close
Close